Samossas au chèvre & oignons confits

Parfois cela me prend, un peu comme une envie de faire pipi. Cela fait déjà un bon moment que j’ai des feuilles à samossas qui m’attendent sagement dans mon petit congélateur, leur préparation étant sans cesse repousser (pas assez de viande, pas assez de temps, ou tout simplement pas le courage de passer du temps dans ma cuisine, à suer au-dessus de mes casseroles).

Ce soir-là, par contre, j’avais envie d’autre chose que d’une simple salade composée (ne me dites pas que vous y échappez, avec cette chaleur écrasante qui assaille la France de jour en jour).
Petit tour du frigo: du fromage de chèvre frais me fait de l’oeil. Ce genre d’ingrédient fait partie de ceux que j’achète généralement suite à un coup de tête, mais qui au final reste là, un coup de génie de ma part pour « comment vais-je l’utiliser ?! »

Je ne suis pas particulièrement adepte de la friture, mais j’adoooore les samossas (d’ailleurs il faudra que je teste au poulet, et d’autres aux légumes), alors accompagnés d’une petite salade, une fois de temps en temps, ça ne fait pas de mal, n’est-ce pas ?

En plus, c’est simple et rapide à faire 😉

Ingrédients (j’ai fait 14 samossas avec):

  • un paquet de fromage de chèvre frais
  • un oignon
  • menthe ciselée (au goût)
  • deux pincées d’épices à colombo
  • sel / poivre
  • mélange 4 épices (au goût) ou curry en poudre
  • huile d’olive
  • feuilles de brick

Dans votre robot mixeur, mélangez le fromage de chèvre, la menthe et le curry jusqu’à obtention d’une pâte lisse. Réservez.
Epluchez et émincez finement l’oignon. Mettez l’huile d’olive à chauffer (un filet suffit, l’oignon ne doit pas baigner dedans) et faites-y revenir l’oignon. Lorsqu’il est transparent mais pas coloré, ajoutez les épices à colombo. Laissez revenir plus ou moins une minute: les oignons prennent une belle couleur dorée.

Maintenant, nous arrivons à une phase délicate lorsque l’on n’a jamais fait de samoussas. Je n’ai pas pu faire de photos, donc ce sera encore plus compliqué à expliquer je trouve.

Prenez votre feuille de brick, qui est ronde. Coupez-la en trois bandes égales.
Vous aurez deux bandes arrondies sur le côté (celles des extrémités), pour celles-ci, repliez le bout rond sur le bout plat, afin d’obtenir un rectangle long.

Mettez une bonne cuiller à café bombée de la préparation au fromage dans le bas de votre bande de brick (il faut que lors du premier pli, cela soit bien rempli), mettez dessus les oignons épicés.
Rabattez le coin droit sur le coin haut gauche, puis le coin haut droit etc jusque la fin. En fait, vous pliez toujours vers le coin opposé afin de former un triangle. Il ne faut pas s’énerver sur les loupés, c’est ainsi que l’on apprend. Les 2-3 premiers permettent d’arriver à doser la farce et de maîtriser le pliage: rien ne sert d’aller vite, vous n’êtes pas pressée.
Pour coller le dernier pli, confectionner un mélange pâteux à base de farine et d’un tout petit peu d’eau.

Une fois qu’ils sont tous confectionnés, mettez votre huile de friture à chauffer.
Préparez une assiette recouverte de deux feuilles de papier absorbant, afin que cela soit à porter de main lorsque vos samoussas seront cuits.

Si vous en avez beaucoup, procédez par petites fournées car cela fait baisser la température de l’huile et il n’est pas forcément aisé de les retirer.
Retournez-les afin que les deux faces soient bien dorées.

Sortez-les avec précautions et mettez-les dans l’assiette préparée auparavant pour absorber l’excédent d’huile de friture.

Dégustez chaud, avec une petite salade de tomate légèrement assaissonnée.


SamossaChevreOignons2

Astuce:

Là je vous donne de petites quantités. Evidemment, vous pouvez en faire plus. Si vous ne voulez pas tout manger immédiatement.

Avant cuisson, les samossas supportent très bien la congélation. Dans ce cas, prenez un plat long qui va au congélateur. Recouvrez le fond de papier film alimentaire. Etalez-y vos samoussas sans qu’ils ne se touchent. Une fois le plat rempli, remettez du film alimentaire, et recommencez à mettre des samoussas. Jusqu’à ce que cela soit pleins 🙂

Ainsi, vous pourrez sortir juste la quantité désirée au moment voulu. Il vous suffit de les plonger dans l’huile bouillante encore congelés, ni vu ni connu !

Chicken Katsu

Pour mon mari et moi, le chicken katsu évoque pleins de souvenirs. Non pas du Japon, puisque nous n’y avons encore jamais mis les pieds (un jour…), mais de Vancouver. Oui, cette grande ville de l’Ouest Canadien; où nous avons passé 14 jours en Juin pour notre HoneyMoon.

Nous y avons découvert plusieurs restaurants Japonais délicieux, dont un a tatoué nos esprits: celui situé sur Robson Street.

Il faut savoir que la population Vancouverite est composée à environ 35% d’Asiatiques. Les restaurants en tout genre ne manquent donc pas, et les prix sont à vous faire pâlir lorsque l’on compare avec le prix ici.
De plus, cela n’a rien à voir avec ce que proposent les restaurants Japonais en France, on n’a trouvé aucun yakitori (les brochettes grillées) ou presque, par exemple.

Je connaissais le chicken katsu de nom, pour l’avoir vu sur le blog japonisant de Cléa, et m’être dit que cela semblait simple à réaliser et bon; nous qui raffolons de poulet en général.
Mais cela m’était un peu sorti de la tête, il faut l’avouer.

Mon esprit a cependant fait tilt lorsque j’avais la carte entre les mains, et que je cherchais desespérément « katsu » écrit quelque part… jackpot! Chicken katsu et Ton katsu étaient bien là.

En rentrant chez nous, dans le Sud-Ouest de la France, je me suis empressée de dire à Cheri « tu sais, je l’ai la recette du chicken katsu, si tu veux je vais t’en préparer. Mais je n’ai pas la sauce qui va avec par contre » « ce n’est pas grave, je remplacerai par de la sauce barbecue »

ChickenKatsu

Ingrédients pour 2 personnes:

  • 2 fines escalope de poulet
  • de l’ail en purée (je l’ai fait moi-même)
  • un peu de farine
  • 1 oeuf battu
  • du Panko (chapelure grossière que l’on trouve en épicerie asiatique)
  • sel/poivre
  • huile pour la friture

Enduire les escalopes de poulet avec la purée d’ail (point trop n’en faut) puis assaisonner de chaque côté avec le sel et le poivre (à votre goût).
Préparer 3 assiettes différentes: la première avec un peu de farine, la seconde avec l’
?uf et la dernière avec la chapelure (l’ordre est une question d’organisation, ni plus ni moins). Passez successivement chacune des escalopes dans la farine puis l’?uf et enfin dans le Panko (la croûte de panure ne doit pas être trop fine).
Mettre à chauffer un peu d’huile dans la poêle. Une fois chaude, y mettre les deux escalopes. Verifier la cuisson: la panure doit être croustillante et dorée et la viande bien cuite à l’intérieur.
Sortir les escalopes de la poêle lorsqu’elles sont cuites, et enlever le surplus de graisse à l’aide de papier absorbant.

Le chicken katsu est servi très chaud, accompagné de riz et de salade verte. Dessus, est déposé un filet de sauce tonkatsu, épaisse et sucrée rappelant un peu le goût de la sauce barbecue (d’où la substitution suggérée par mon mari, en dépit de réelle sauce tonkatsu comme au restaurant).

Voici la version du restaurant où nous avons beaucoup souvent mangé:

ChickenKatsu_RS

Il faut dire que Cheri a tellement aimé le chicken katsu de là-bas, que j’avais une certaine pression sur les épaules lorsque je lui en ai refais.
Mais le verdict: très bon, presque comme à Vancouver (j’aurais dû faire dorer un peu plus sans doute).

A refaire, en attendant de retourner, pour nous y installer, à Vancouver…

Tou(te)s à vos soupes !

    Je sais que cela fait bien longtemps que je n’ai pas remis de recettes ici, ce n’est pourtant pas le manque d’idées puisque photos et recettes se cumulent gentiment sur mon ordinateur, attendant patiemment d’être mises en pages par-ici…

    En attendant, je fais appel à vous car bien que cela ne soit pas vraiment encore la saison (même si parfois, en vue de la météo, nous sommes en droit de nous le demander), je recherche pleins d’idées de soupes chaudes ou froides, pour le soir spécialement.

    Pourquoi ? Parce que j’aime ça, déjà. Ensuite, car à maintenant 1 an, notre Pucinette ne veut plus de son biberon de lait en guise de dîner et qu’il me faut donc lui introduire un repas "normal" à la place.

    Mais voilà, le problème c’est que moi, à part la soupe de potiron, je n’ai soit pas les idées, soit pas les proportions et donc ça bug (trop d’eau ou pas assez, trop cuit ou pas assez etc).

    Alors je me suis dit, pourquoi ne pas vous demander ici vos idées!

    Si vous voulez, vous m’envoyez ça par mail, avec ou sans photo, et je ferai un post spécial "soupes des lecteurs/lectrices" 😉

    Merci d’avance.