Black-bottom cupcakes… concentré de délice en noir & blanc !

Avouez, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas parler de l’excellent petit live de Pascale « Cookies Muffins & Co« .

Cette fois, c’est une recette de cupcakes, les cousins des muffins. Ceux-ci voient la vie en noir & blanc: un fond noir onctueux chocolaté au fromage frais surmonté d’une préparation légère… un délice ! Un peu comme le brownie cheesecake hmmm.

Ne soyez pas rebutés, en voyant la liste des ingrédients, par la présence de vinaigre de cidre.

Black-Bottom cupcake

Ingrédients pour environ 12 cupcakes:

  • 150g de fromage frais (genre St-Morêt)
  • 1 oeuf battu en omelette
  • 50g de sucre
  • 100g de chocolat noir
  • 200g de farine
  • 1 cuiller à café de levure chimique (5g)
  • 50g d’amandes effilées (je les avais oubliées)
  • 125g de sucre roux
  • 1 pincée de sel
  • 50g de cacaco non sucré
  • 10cl de lait
  • 15cl d’eau
  • 10cl d’huile de tournesol
  • 1 cuiller à soupe (15ml) de vinaigre de cidre
  • 1 cuiller à café (5ml) d’extrait de vanille

Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6). Beurrez vos moules à muffins ou utilisez des caissettes en papier.

Dans un bol, mettez le fromage frais, mélangez-le avec le sucre et l’oeuf battu jusqu’à obtenir une préparation bien crèmeuse.

Coupez le chocolat en morceaux de la taille de pépites à l’aide d’un couteau très bien aiguisé. Ajoutez-les au mélange précédent.

Dans un grand bol, versez la farine, la levure, les amandes effilées, le sucre, la pincée de sel et le cacao. Faites un puits au centre et versez les liquides: l’eau, le lait, l’huile, le vinaigre ainsi que l’extrait de vanille. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Versez-la jusqu’au 1/3 de la hauteur des moules à muffins. Ajoutez le mélange à base de fromage frais par dessus puis enfournez pour environ 20 minutes.

Laissez refroidire, démoulez, et laissez à nouveau refroidir sur une grille.

Merlan épicé aux 2 choux sauce coco

Ma fille va depuis quelques temps dans une halte-garderie gérée par la CAF. L’avantage c’est que cela m’a fait adhérer pour la modique somme de 8EUR par an au centre social associé à la halte, me donnant ainsi accès à pleins d’activité !

J’en profite donc pour faire l’atelier Massage bébé avec ma plus petite… massage qu’elle n’apprécie guère au moment où ça a lieu d’ailleurs, c’est plus marrant de crapahuter en regardant les autres bébés, plus jeunes, se délécter des massages de papa ou maman (oui oui, il y a des papas!).

Pendant que nous massons nos bébés, se déroule dans les locaux l’atelier cuisine… Autant vous dire que lorsque nous sortons vers 11h45, les délicieuses effluves nous mettent en appétit !

C’est ainsi qu’un midi, j’ai eu la chance de pouvoir goûter ce plat… il ne me fallut que quelques jours pour le refaire à la maison. A l’origine, la recette est faite avec du merlu mais n’en ayant pas trouvé j’ai utilisé du merlan (le poissonnier m’a assuré que le goût était proche). J’ai également rajouté un peu de gingembre frais et augmenter la quantité d’ail; de plus, je n’ai pas réussi à trouver de poivre du Sichuan. Enfin, j’ai rajouté un peu de chou chinois avec le chou vert frisé afin d’apporter une touche un peu croquante. Bref, j’en ai fait qu’à ma sauce ! Le lait de coco permet de calmer le feu du piment, j’en ai mis très très peu car c’est vraiment piquant sinon. Afin d’équilibrer l’assiette, vous pouvez accompagner d’un peu de riz, ou pourquoi pas de semoule; je l’ai accompagné de spaghetti saupoudré de KubOr en poudre.

Ce plat est très rapide à faire et à cuire, parfait pour les midis pressés !

Ingrédients pour 2 personnes:

  • 250g de filet de merlan sans arêtes
  • 1/2 chou vert frisé
  • 1/3 de chou chinois
  • Un peu de piment vert (goûtez pour savoir quelle est sa force, moi j’ai vraiment mis 2-3mm, sans rire)
  • 1 échalote
  • 10cl de lait de coco
  • Huile d’olive
  • 1/2 cuiller à soupe de graines de coriandre
  • Poivre vert deshydraté (ou poivre du Sichuan)

Commencez par émincer finement le chou chinois et le chou vert (duquel vous aurez ôtez le centre) avant de les réserver.

Pelez et hachez l’échalote. Epépinez le piment (mettez des gants, je vous le conseille fortement) et hachez un tout petit morceau finement.

Dans une sauteuse, mettez un peu d’huile d’olive à chauffer. Puis faites-y revenir l’échalote durant 5 petites minutes avec le piment et les choux. Mouillez avec le lait de coco, salez et poivrez avant de porter à ébullition. Enfin, couvrez et laissez cuire une dizaine de minutes.

Pendant ce temps, concassez la coriandre avec une pincée de poivre vert deshydraté (ou de poivre du Sichuan). Assaisonnez les filets de poisson avec un peu de sel et le mélange d’épices. Laissez macérer pendant 5 à 10 minutes. Poêlez le tout dans un peu d’huile, 3-4 minutes de chaque côté.

Disposez le poisson sur le chou au coco. Le plat se mange bien chaud.

Merlan épicé aux 2 choux sauce coco

Ma bolognaise improvisée, un brin japonisante

Ce n’est pas parce que j’ai lamentablement loupé le Bolognaise Day de Dorian que je vais garder pour moi cette délicieuse recette de sauce bolognaise japonisante, délicatement parfumée. Je suis vraiment fâchée avec les dates, j’ai loupé le Bolognaise Day (qui a eu lieu il y a plus d’un mois, quand même!), mais plus récemment aussi le KKVKVK de Charline dont le thème était les samossas, met que j’adore préparer et varier les plaisirs…

La Bolo, à la maison, c’est toute une histoire… Ma maman la fait divinement bien, tout le monde la lui réclame (ses lasagnes hmmm). Elle ajoute des ingrédients secrets que je ne peux vous dévoiler sous peine de me faire renier 😉 Elle la fait mijoter au moins deux bonnes heures à petit feu, et l’odeur embaume sa maison en ravissant nos narines. La mienne, cette fois, n’a pas cuit à petit feu durant des heures car j’étais prise par le temps (comment ça « comme toujours » ?! je vous entends!).

C’est une des seules recettes de viande rouge que nous apprécions sans faille, lorsque c’est nous qui la préparons, cependant (non pas que celle des autres n’est pas bonne, mais ma maman et moi sommes quelque peu maniaques sur la cuisson de la viande).

J’aime beaucoup manger la sauce bolognaise avec des haricots verts et un peu de parmesan râpé. Là, j’ai fait simple: des coquillettes semi-complètes. Si vous n’avez jamais essayé avec des légumes, n’hésitez plus, c’est délicieux !

Je ne sais pas trop ce qui m’a piqué ce jour-là, mais alors je n’ai pas du tout fait la recette que je fais habituellement. Il me restait un peu de chou vert frisé simplement revenu avec de l’ail et du gingembre, je l’ai donc ajouté. J’ai également, sur un coup de tête, mis une lichette de sake et de sauce soja… Leur apport est subtil mais bien plaisant.

Je ne mets pas de proportions pour les épices, car c’est vraiment selon les goûts de chacun (et, de plus, je ne les mesure jamais).

Bolognaise Japonisante

Ingrédients pour 4 personnes (ou 2 repas):

  • 400g de viande de boeuf hachée
  • 1 oignon
  • 4 gousses d’ail
  • 1 petit morceau de gingembre (du diametre d’un demi pouce, pour une longueur d’1cm environ; faite au goût)
  • Thym
  • Gingembre en poudre
  • Muscade (en poudre ou entière)
  • 1 cuiller à soupe de sucre en poudre
  • 2 cuillers à soupe de sauce soja japonaise
  • 1 cuiller à café de sake
  • 1/4 de chou vert frisé
  • Huile d’olive
  • 40cl de coulis de tomate
  • Eau

Pelez et émincez très finement l’oignon, l’ail et le gingembre.
Dans une sauteuse, faites chauffer un filet d’huile d’olive puis faites-y revenir à feu moyen l’oignon, l’ail et le gingembre.

Pendant ce temps détaillez le chou en fines lanières.

Lorsque l’oignon commence à se colorer, baissez le feu avant d’ajouter la viande hachée. A l’aide d’une fourchette, écrasez-la bien, elle doit devenir relativement fine. Une fois que c’est à votre convenance, augmentez à nouveau le feu sous la sauteuse, mélangez bien.

bolognaisejaponisante2.jpgAjoutez le sucre, le gingembre en poudre, la muscade râpée/en poudre et le thym. Brassez afin de les répartir uniformément. Rajoutez la sauce soja ainsi que le sake. Couvrez et laissez cuire jusqu’à ce que la viande commence à caraméliser.

Mettez ensuite dans la sauteuse les lanières de chou. Couvrez à nouveau jusqu’à ce qu’ils soit tendre.

Enfin, ajoutez le coulis de tomate. Ne jetez pas la brique: remplissez-la d’eau, secouez (sans oublier de tenir fermer afin de ne pas se retrouver arrosé!) et mettez dans la sauteuse.

Laissez mijoter à feu doux une quinzaine de minute, la sauce ne doit pas être trop liquide. Goûtez, rectifiez l’assaisonnement au besoin.

Dégustez avec ce que vous aimez (pâte, riz, légume vert).

[LIVRE] Sushi, Préparation et Recettes, de Kimiko Barber

Sushi, Préparations et RecettesAujourd’hui, pas de recette. Mais je tenais à vous parler de ce fabuleux livre que le Père Noël a glissé pour moi sous le sapin en 2007 (encore merci, Papa Noyel de mon coeur).

Comme vous le savez si vous suivez régulièrement ce blog, j’adore la cuisine japonaise. Certains diront que c’est obsessionnel, peut-être oui. Quand on aime, on ne compte pas !

Il y a des livres qui, comme ce fut le cas pour celui-ci, vous tombent dans les mains alors que vous n’aviez rien demandé.

Il ne faut pas croire que la cuisine japonaise se limite au riz, et aux sushi. Ce serait vraiment très réducteur. C’est une cuisine raffinée, saine et variée. Il y a aussi le préjugé que le sushi se limite au nigiri-sushi (monticule de riz vinaigré surmonté d’une garniture, souvent du poisson cru) et au maki (rouleau composé de riz dans de l’algue, renfermant une garniture).

Voici le sommaire:

  1. LES SUSHI
    • Historique
    • L’apprentissage du métier
    • Intérêt nutritionnel
  2. LES ESSENTIELS
    • Les ustensiles L’équipement spécifique
    • Les ingrédients Les incontournables
    • Les recettes de base Les préparation de base
    • Les poissons Choix et préparation
    • Crustacés et oeufs de poisson Choix et préparation
  3. LES RECETTES
    • Les sushi sur du riz Chirashi sushi
    • Les sushi farcis Inari sushi
    • Les sushi moulés Oshi sushi
    • Les sushi roulés Maki sushi
    • Les sushi pressés Nigiri sushi
  4. LA DEGUSTATION
    • Les bars à sushi Un moment inoubliable
    • Les us et coutumes A faire et à ne pas faire
    • Les boissons Thé, bière, saké et vin
    • A la maison L’art de recevoir
    • Quelques problèmes et leur solution
  5. GLOSSAIRE

    REMERCIEMENTS

Comme vous pouvez le voir, le livre est assez riche.

De plus, chaque recette est illustrée d’une photo du plat terminée ainsi que des photos étape par étape, ce qui peut être très utile.

J’aime particulièrement le côté didactique sur la partie concernant la préparation préliminaire des ingrédients (découpe du poisson, des crustacés etc), car personnellement je ne suis pas particulièrement à l’aise avec cette étape ! Les photos sont donc de parfaits alliés.

Le livre peut sembler un peut cher, mais sincèrement il en vaut l’investissement.

Pour le commander sur Amazon.fr, cliquez ici.

Vous retrouverez également une vingtaine d’autres ouvrages sur la cuisine japonaise, en Français et en Anglais, dans ma librairie amazon, pour y aller cliquez sur l’image suivante:

Librairie en ligne

Riz aux trois garnitures colorées

Une bonne recette que j’ai faite afin d’accomoder des restes dans mon réfrigérateur. Le plus difficile fut sans aucun doute de gérer la chaleur de tous les composants afin que le plat soit chaud lors de la dégustation. Les quatre parties se sont très bien mariées ensemble, et m’ont permis de faire un repas équilibré et très savoureux pour le déjeuner.

Au Japon, il est fréquent d’emmener son déjeuner (que ce soit à l’école ou au travail). C’est là que rentre en jeu les bento boxes: boîtes déjeuner, comme les lunch boxes américaines. Si vous êtes habitué des blogs culinaires, cela n’aura pas pu vous échapper! Les bento débarquent en France. Cela va un peu plus loin que la simple boîte Tupperware remplie de ce qui passe sous la main. Les bento sont parfois de véritables oeuvres d’art et permettent de laisser voguer son imagination: le visuel est aussi important que le gustatif.

Je me suis inspirée pour cette recette et cette présentation du riz aux trois garnitures japonais (san-shoku): généralement, le riz est recouvert d’oeuf, de soboro de poulet ou boeuf (haché en très petit morceaux) et d’une garniture à base de poisson blanc coloré en rose. Vous constatez que le san-shoku est très riche en protéines, j’ai donc fait en sorte de modifier les garnitures pour notre repas. Pour ma part, j’ai donc gardé le jaune de l’oeuf en préparant de l’iri tamago (oeuf brouillé parfumé), j’ai utilisé le reste du Bouillon de Brighid en ôtant le plus de jus possible pour une touche rouge, et j’ai préparé des champignons de Paris à la crème relevé d’une pointe d’ail et de gingembre afin d’avoir une note de beige. Le tout avec un riz préparé comme pour les sushi dessous, mais avec du riz semi-complet.

Evidemment, vous pouvez remplacer le reste de « soupe » par une poêlée de légumes (pourquoi pas du poireau et du poivron rouge pas exemple).

J’ai fait la recette d’oeuf à partir de celle du site Just Bento.

Riz aux 3 garnitures

Ingrédients pour 2 personnes:

riz3-champignons.jpgPour les champignons à la crème de gingembre:

  • 5-6 champignons de Paris relativement gros
  • 1 petit morceau de gingembre frais
  • 1 grosse gousse d’ail
  • 1 filet d’huile d’olive
  • 2 cuillers à soupe de crème fraîche épaisse
  • Sel & Poivre du moulin

Epluchez l’ail et le gingembre avant de les réduire en purée (ou de les émincer très finement). Faites-les revenir dans un filet d’huile d’olive, dans une poêle chaude.

Ajoutez les champignons émincés avant que l’ail ne colore, brassez bien, couvrez. Laissez cuire environ 3-4 minutes.

Lorsqu’ils sont tendres, ajoutez 1 ou 2 cuiller(s) à soupe de crème fraîche épaisse; elle doit napper les champignons sans les noyer. Remuez. Laissez chauffer encore 1 minute.

Pour les oeufs brouillés (iri tamago):

  • 2 oeufs (de gros calibre de préférence)
  • 1 cuiller à café de sauce soja
  • 1/2 cuiller à café de sucre en poudre
  • 1/2 cuiller à café de mirin
  • Une pincée de sel

Iri Tamago Dans un bol, battez ensemble les oeufs avec tous les autres ingrédients.

Mettez une petite casserole à chauffer.

Munissez-vous d’une paire de baguettes, mettez les oeufs dans la casserole après avoir baissé la température et commencez à foutter vigoureusement à l’aide des baguettes.

Le mélange va commencer à devenir granuleux, c’est le but. Battez relativement vite partout dans la casserole jusqu’à ce que les oeufs soient cuits. Coupez le feu sous la casserole et continuez de brasser jusqu’à ce que cela soit vraiment fin.

riz3g.jpg

Pour les légumes du Bouillon de Brighid, reportez-vous à la recette, . Essayez cependant de bien les égoutter, mais ce n’est pas grave s’il reste un peu de liquide. Mettez les à chauffer au micro-ondes.

Maintenant, il faut dresser. Vous pouvez le faire à l’assiette comme moi puisque nous mangions à la maison, ou dans votre bento. Afin de bien séparerles garnitures, vous pouvez vous aider d’un guide pour ne faire apparaître que la portion de riz que vous voulez garnir.

Mettez du riz (cliquez ici pour la recette du riz à sushi) dans votre assiette, aplanissez-le bien.

Dressez les garnitures, chaudes, les unes à côté des autres, à part égale (c’est à l’oeil hein!). Vous pouvez vous aider d’une feuille qui cacherait le riz que vous ne voulez pas recouvrir, afin que cela soit bien droit; vous le bougez au fur et à mesure.
Dégustez.

Une journée à Bordeaux, on fait quoi ?

Vivant sur Toulouse, il nous arrive parfois d’aller passer un samedi sur Bordeaux… mais c’est toujours dans la précipitation, sans réelle recherche des endroits à voir. Alors pour une fois, j’y pense à l’avance !

Dépendamment du temps, nous aimerions aller samedi prochain passer la journée à Bordeaux.

Pouvez-vous me dire ce qu’il y a à voir là-bas, nous adorons faire des photos par exemple. Bon, il faut savoir que nous sommes 4 et que nous nous déplaçons avec une magnifique poussette double… pas toujours facile d’atteindre certains endroits avec ce genre d’équipement.

Nous profitons généralement d’être à Bordeaux pour manger à KFC (bouuuuuuuuuuuh Junk Food, je sais je sais… mais c’est vraiment notre pêcher mignon, car très rarement assouvi (il n’y en a pas à Toulouse). Mais il y a sans doute bien un restaurant pas trop cher et accessible que vous auriez à nous conseiller (à savoir que nous n’aimons pas la viande, hormis la viande blanche) ? Un p’tit jap sympa, ou un restau végétarien abordable ?

Evidemment, nous ferons un passage à Eurasie avant de partir (en évitant de vouloir quitter le coin vers 18h, mauvais souvenir de la dernière fois…) !

Alors, Bordelais(es), qu’y a-t-il à voir et à faire dans cette jolie ville, en une petite journée ?

Préparer le riz à sushi (sushi-meshi)

Je vous ai plusieurs fois parlé du riz à sushi, qui rentre régulièrement dans la composition de nos déjeuners.

Le riz à sushi, appelé « sushi meshi » ou encore « sumeshi », est un riz très savoureux, relevé par une préparation à base de vinaigre de riz, de sucre et de sel. Il existe des mélanges tout prêts, comme celui de la marque Kikkoman par exemple.

Il est utilisé pour confectionner le sushi sous toutes ses formes: onigiri, maki, chirashi…

Pour plus de simplicité, je lui consacre un article à lui tout seul, vers lequel je pointerai désormais pour éviter la redondance.

Ingrédients pour le riz à sushi (sushi-meshi):

  • 1 dose de riz (150g) pour sushi (à défaut, du riz pour risotto)
  • 1 dose d’eau
  • 2 à 3 cuillers à soupe de vinaigre pour sushi (sumeshi)

Rincez le riz à l’eau froide jusqu’à ce que l’eau en sorte limpide. Laissez égoutter une petite trentaine de minutes.

Mettez-le dans votre rice cooker ou votre casserole, selon le mode de cuisson utilisé, avec la quantité d’eau nécessaire. Vous pouvez choisir de laissez reposer encore une vingtaine de minutes ou de débuter à ce moment la cuisson (pour moi, ça dépend du temps dont je dispose).

Couvrez, et portez à ébullition pendant environ 5 minutes.

Réduisez la chaleur du feu, et laissez mijoter encore 10 minutes avant d’enlever le couvercle et de poursuivre encore la cuisson une petite dizaine de minutes.

Versez le mélange vinaigré sur le riz chaud que vous aurez préalablement transvaser dans un récipient. Mélangez bien en prenant garde de ne pas réduire le riz en bouillie.

Vous pouvez également préparer vous-même le mélange vinaigré, pour cela mélanger 2 cuiller à soupe de vinaigre de riz avec 1 cuiller à soupe de sucre et 1/4 de cuiller à soupe de sel. Faites les chauffer jusqu’à ce que le sucre soit complètement dissout, sans porter à ébullition. Ôter du feu et laisser tiédir avant de le verser sur le riz.

Bouillon de la Déesse Brigid: parfumé à souhait

Pendant que beaucoup fêtaient la Chandeleur début Février, d’autres fêtaient Imbolc; comme dans notre foyer.

Voici un délicieux moyen d’honorer le retour timide de la chaleur. La recette provient du livre « Witch in the kitchen », de Caitlin Johnson.

brigidinspirationbroth2.jpg Malgré le peu d’ingrédients composant la recette et sa simplicité, cette soupe est parfumée à souhait. C’est très rare que je ne modifie pas une recette, ce fut pourtant le cas cette fois, car j’ai juste réduit la quantité d’eau/de bouillon indiquée (dans la recette originale, il est noté « 6 cups », soit 1,5L; j’ai mis 1L). J’ai omis le « garlic mustard greens » car je n’en avais pas (et n’en connaissais même pas l’existence!), même si l’auteure conseillait de remplacer par du persil, je n’en avais pas envie. Même pas besoin d’heure et heure de cuisson… Parfait pour un soir où l’on manque de courage !

Elle se conserve très bien quelques jours au réfrigérateur, dans une boîte hermétique.

Ingrédients:

  • 3 blancs de poireau
  • 1 carotte
  • 1 poivron rouge
  • 1 à 1,5L d’eau ou de bouillon (j’ai mis une tablette de KubOr dans 1L d’eau chaude, mais vous pouvez utiliser le bouillon de votre choix)
  • 2 cuillers à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillers à café de paprika en poudre
  • 1/4 de cuiller à café de piment de Cayenne
  • Crème fraîche épaisse ou semi-épaisse
  • Croûtons (à l’ail, ça va très bien avec)
  • Persil

Coupez les blancs de poireau dans la longueur puis émincez-les finement. Lavez-les afin d’enlever la terre. Egouttez-les.

Pelez la carotte et détaillez-la en rondelles.

Coupez le poivron rouge en cubes.

Dans une sauteuse, mettez à chauffez l’huile d’olive. Faites-y revenir les légumes. Enrobez-les bien de la matière grasse. Laissez cuire 7 à 8 minutes à feu moyen.

Saupoudrez avec les épices, les quantités sont notées à titre indicatif mais faites selon vos goûts. Brassez bien le tout avant d’ajouter le liquide, eau ou bouillon. Portez à ébullition, puis faites cuire 15 minutes à couvert.

Servez bien chaud, avec une lichette de crème fraîche et quelques croûtons (mais c’est sublime également sans l’un ni l’autre).

Brigid Inspiration Broth

Qui est sur Toulouse ?

Aujourd’hui, point de recette à l’horizon… Mais juste une petite question: y a-t-il des bloggers culinaires du côté de Toulouse ?

Il y a les Merveilles à Bordeaux, les Pralines du côté de Lyon, mais la ville rose abrite-t-elle également des passionné(e)s de cuisine ayant leur blog ?

Place du Capitole, Toulouse

Ca pourrait être sympa une rencontre, faire connaissance, partager ses bons plans, non ?

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter (commentaire ou mail) 🙂

Roses au coeur fondant de Pralinoise

Je ne vous ai jamais donné la recette de ce gâteau fondant au chocolat, qui recèle en son coeur… hmmm de la Pralinoise ! Honte à moi. C’est l’ancienne nounou de ma fille aînée qui me l’a donnée, on ne peut que l’adopter, croyez-moi.
Je ne suis pas forte en science, mais je pense que tout l’intérêt de ce gâteau réside dans la différence de température entre l’appareil au chocolat et celui à la Pralinoise.

La Pralinoise est un chocolat pâtissier de la marque Nestlé. Il est présenter en tablette de 200g, soit 20 barres de 10g: très facile à doser donc ! Il a marqué mon enfance car mon Papy avait toujours une tablette dans son placard de cuisine pour quand je venais le voir, et nous le dégustions ensemble, comme ça. Ce chocolat se déguste très bien tout juste sorti de son papier d’alu, car il est très fondant. Ce n’est que récemment que je lui ai redonné sa fonction principale: la confection de desserts. J’aimais bien garder aussi la recette glissée dans le paquet…

Je me souviens avoir fait ce gâteau pour un anniversaire en famille, et tout le monde m’avait fait des compliments, me demandant comment j’avais fait pour qu’il soit si moelleux, fondant… sans être coulant et écoeurant pour autant !

Cette fois, je l’ai réalisé dans mes moules en silicone en forme de roses, mais vous pouvez le faire dans un moule à cake: c’est très bon également.

Je n’ai pas les proportions exactes pour le coeur fondant. Suivez votre instinct: l’appareil ne doit pas être trop liquide.

Roses fondantes à la Pralinoise

Ingrédients:

Pour le coeur fondant:

  • Crème fraîche liquide (environ 10cl, la moitié d’une briquette)
  • 100g de Pralinoise
  • 1 cuiller à café de sucre en poudre

Pour le biscuit:

  • 200g de chocolat pâtissier
  • 200g de beurre
  • 80g de farine
  • 4 oeufs
  • 175g de sucre

La veille (ou plusieurs heures avant), préparez le coeur fondant: faites fondre la Pralinoise doucement. Ajoutez-y le sucre; mélangez bien afin qu’il fondre puis ajoutez la crème liquide.

Mettez dans un récipient fermé qui supporte la congélation.

Le jour J, mettez votre four à préchauffer votre four à 180°C (thermostat 6).

Beurrez et farinez les moules (ou le moule à cake).  Mettez-les de côté.

Faites fondre ensemble le beurre et le chocolat au bain-marie ou au micro-onde. Lissez bien le mélange afin qu’il soit homogène.

Mélangez les oeufs et le sucre afin d’avoir un appareil mousseux, ajoutez ensuite la farine puis l’appareil au chocolat. Mélangez bien le tout.

Remplissez les moules au tiers environ avec l’appareil au chocolat. Il faut qu’il vous en reste autant.

Disposez une grosse cuiller à café de l’appareil à la Pralinoise, encore congelé, au milieu puis recouvrer avec le reste du chocolat.

Enfournez pour une petite vingtaine de minutes, mais surveillez (je ne calcule jamais le temps, je vais régulièrement voir où ça en est dans mon four; et chaque four est différent).

Laissez tiédir un peu avant de démouler délicatement. Cela se conserve bien quelques jours dans une boîte hermétique.