Verrine de la mer à l’avocat et sa variante

Il y a 8 jours, nous sommes remontés à Nantes afin de fêter le premier anniversaire de Grignotte. Comme pour chaque anniversaire, nous (Mamounette et moi) avions établi un menu.

En entrée, notre choix s’est porté sur de simples verrines à base d’avocat, de surimi, de crème à la coriandre (à l’origine, c’est avec de l’aneth) et de saumon fumé. Elles sont simples à faire, et ont l’avantage de pouvoir être préparées à l’avance. Pratique quand on a un Trianon à faire dans la même matinée 😉

Verrine de la mer à l'avocat

Mon beau-frère n’aimant pas les produits de la mer, nous lui en avons fait une variante: lardons et jambon cru. Il a beaucoup aimé apparemment.

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 1 gros avocats mûr
  • Surimi râpé (environ ½ paquet, cela dépend de la taille de vos verrines)
  • 1 jus de citron
  • 2 « Carré frais »
  • 10cl de crème fleurette
  • Coriandre fraîche (ou surgelée)
  • 2 tranches de saumon fumé
  • Poivre du moulin

Epluchez l’avocat, ôtez le noyau, et réduisez-le en purée avec le jus de citron (mais plus vous donnerez de « coups » dedans, plus il aura de chances de s’oxyder).

Découpez le saumon fumé en fines lanières.

Fouettez la crème fleurette avec les carrés frais et la coriandre. Poivrez au goût.

Dans vos verres: répartissez d’abord le surimi, à peu près à la moitié. Ajoutez ensuite la purée d’avocat citronnée. Surmontez de crème fouettée. Décorez avec quelques lamelles de saumon fumé.

Si vous faites vos verrines à l’avance, je vous conseille de ne préparer la crème fouettée qu’au moment de servir, afin qu’elle n’imbibe pas les autres couches de la verrine.

verrineavocatlardons.jpg

Pour la version non marine, c’est simple: remplacez le surimi par une demie petite barquettes d’allumettes de lardons fumés, que vous avez préalablement fait dorer à la poêle. Recouvrez d’avocat, de crème, et décorez avec des lanières de jambon cru.

Croquez-monsieur avec Philippe Conticini

Philippe Conticini PortraitConnaissez-vous Philippe Conticini ? J’ai fait sa connaissance via la télévision (et oui…), grâce à sa très courte émission diffusée sur Cuisine TV.

Ce monsieur est un concentré de délices à lui tout seul (notez le jeu de mots héhé) ! On sent la passion qui l’anime, la volonté de prendre plaisir en cuisinant… et en dégustant !

Longtemps Chef de plusieurs restaurants à Paris, Philippe Conticini est maintenant consultant et rédige, pour notre plus grand plaisir, des livres de cuisine.

Dans la librairie, j’ai longuement hésité entre Le Thon, c’est bon! et Croquez Monsieur… C’est finalement Cheridoo qui s’est décidé pour l’ouvrage sur les croques.

croquezmonsieur.jpgIl existe plusieurs façons de faire les croque-monsieur: au four avec de la béchamel, dans un appareil spécial, à la poêle… Je n’ai jamais testé à la poêle d’ailleurs. C’est le genre de plat passe-partout: on met ce que l’on veut dedans, salé comme sucré. C’est génial.

Je me rappelle encore une journée chez ma Tatie Danièle et Tonton Jean-Yves… je ne sais plus quel âge j’avais. Mais pour un goûter gourmand, mon oncle m’a proposé de me faire un sandwich chaud: des carrés de chocolat et quelques rondelles de banane glissés entre deux tranches de pain de mie, le tout passé à l’appareil à croque… un pur moment de délice !

Dans ce livre, il nous propose des bases, et pleins pleins de variations autant pour manger salé que sucré. Alors si vous aimez les croque, n’hésitez pas, ça vous donnera pleins d’idées afin d’oser !

Gelée de kiwi

Depuis plusieurs années déjà, je glisse dans le panier gourmand de Belle-Maman un ou deux pots de confiture de mangue maison. Elle en raffole !

KiwiCette année, j’ai voulu changer un peu, et j’ai jeté mon dévolu sur une gelée… de kiwi ! La recette provient d’un des livres de la collection Popotte des potes, consacré aux confitures & compagnie: Compotes, Confitures & Cie.

Le plus laborieux dans la procédure est l’étape d’ôtage des pépins de kiwis, vous pouvez l’omettre si vous êtes pressés. Je trouve que c’est mieux sans, tant au niveau de la texture en bouche que de l’esthétique. C’est à vous de voir.

Je vous donne les proportions du livre, évidemment elles varient en fonction de la quantité de pulpe obtenue; un simple produit en croix suffit à rétablir les bonnes quantités. Personnellement, avec 1,290kg de kiwis entiers, j’ai obtenu entre 700 et 800g de pulpe.

Je ne sais même pas ce que Belle-Maman en a pensé, mais je peux vous assurer que le pot de Mamounette n’a pas fait long feu dans son placard !!

Ingrédients:

  • 1,300kg de kiwis
  • 1 citron
  • 400g de sucre cristallisé
  • 500g de sucre pour confiture

Pelez les kiwis et coupez-les en morceaux. Avec un mixer, réduisez-les en pulpe.
Versez dans une grande casserole en acier inoxidable (ou une bassine à confiture) et portez à ébullition. Laissez cuire durant 5 minutes, puis ôtez du feu.

Filtrez le jus des kiwis dans un chinois ou une passoire fine afin d’en ôter les pépins noirs. Vous devriez obtenir 1kg de pulpe (calculez donc les proportions de sucre en fonction de la quantité de pulpe obtenue).
Remettez-la dans la casserole.
Pressez le citron et ajoutez-le ainsi que les deux sucres dans la casserole. Portez de nouveau à ébullition, faites cuire pendant 20 minutes en remuant régulièrement.
La gelée est prête lorsqu’une goutte se fige presque immédiatement sur une assiette froide.

Remplissez les pots prores avec la gelée encore brûlante et refermez-les.
Laissez-les reposer, puis attendez quatre ou cinq jours avant de les consommer.

Pizza à l’oignon rouge et au miel

Comme je lui disais en commentaire sur son article, la pizza à l’oignon rouge et au sésame d’Elvira m’a fait beaucoup beaucoup envie !

Je m’en suis donc inspirée pour cette pizza… mais j’avais oublié le sésame. « Tant mieux » me rétorqua d’ailleurs Cheridoo lorsqu’il m’entendit m’écrier « Miiiiiiiiiiiiiiiiiiince j’ai oublié le sésame avant d’enfourner! ». Pffff ! Je l’ai donc rajouté au moment de déguster.

Pizza à l'oignon rouge et au miel

Pour la pâte, j’ai fait celle que je fais toujours, elle provient du livre L’essentiel de la cuisine. Rapide à réaliser, et sans temps de repos. Parfaite selon moi !
Pour la pâte:

  • 250g de farine
  • 15cl d’eau tiède
  • 1 cuiller à soupe (15ml) d’huile d’olive
  • 1 cuiller à café de sel fin

Pour la garniture:

  • Coulis de tomate
  • 1/2 oignon rouge
  • 1 petite boule de mozarella
  • Gruyère ou Emmental râpé
  • 4 champignons de Paris de taille moyenne (cela dépend de la taille de votre pizza)
  • Origan ou thym
  • Miel
  • Sésame (facultatif)

Mettez votre four à préchauffer à 210°C (thermostat 7).

Préparez la pâte: mélangez la farine, le sel et la levure dans un saladier, puis creusez un puits au centre.
Versez-y la levure et l’eau tiède.
A l’aide d’une cuiller en bois, mélangez doucement, en incorporant la farine peu à peu aux liquides. La pâte doit être lisse et se détacher des parois du saladier.

Mettez de côté le temps de préparer la garniture:

Epluchez puis coupez en fines rondelles l’oignon rouge.
Egouttez la mozzarella puis détaillez-la en cubes.
Emincez les champignons.
Râpez l’emmental ou le gruyère, ou utilisez du fromage déjà râpé.

Farinez quelque peu votre plan de travail, puis étalez la pâte. Disposez-la dans votre plat.

Répartissez le coulis de tomate dessus.

Ajoutez les rondelles d’oignon rouge puis les champignons. Parsemez de fromage râpé puis de mozzarella.

Faites coulez de fins filets de miel sur toute la surface, puis saupoudrez d’origan ou de thym.

Enfournez pour environ 15 minutes. Mais surveillez régulièrement car le miel peut faire brûler le tout !

Parsemez éventuellement de sésame blond avant de déguster.

Trianon royal pour le 1er anniversaire d’une princesse

Cette recette de gâteau est dans mes tablettes depuis au moins deux ans. Deux ans que je consulte régulièrement Marmiton, en me disant que quand même, ça ne doit pas être SIIIII difficile que cela à réaliser. Le genre de recette qui est intimidante, pour laquelle je me demande encore et encore « suis-je à la hauteur ?! ».

Je ne suis pas une grande pâtissière… oh non (je ne suis pas une grande cuisinière non plus, il faut dire). Mais avec Amour, on peut soulever des montagnes. Et là, c’est une occasion spéciale: Grignotte fête aujourd’hui son premier anniversaire… A l’heure où je tape ces mots (21h47, hier *19 Mars*), je contractais dur… crispant mon visage en silence. « Non non Chéri, ce n’est pas pour ce soir, j’ai juste un peu mal et oui, c’est juste un peu toutes les 4 minutes. Mais ce n’est pas pour ce soir. » J’avais fait un gâteau tunisien délicieux, qui n’attendait plus qu’à être enfourné (oui, vous noterez qu’il m’arrive de cuisiner taaaaaard! Ca me prend comme ça, parfois. Même sans être enceinte jusqu’au cou). Ben vous savez quoi ? Le gâteau n’a pas été cuit ce soir-là ! Car à 22h30, après avoir déposé Grenouille pour la nuit chez sa nounou, direction la mater. C’était bien pour cette nuit-là… Suis super émue de me remémorer tout cela, et de célébrer ma fille en ce jour qui lui est consacré.

Les anniversaires dans notre famille, sont synonymes de fête. Pas forcément grosse, ni officielle. Mais de la joie toute la journée, encore plus de bisous, de câlins, de moments complices.

Nous la fêterons ce week-end avec nos familles.

trianon2.jpg

Je blablatte, et vous vous demandez « mais elle a oublié la recette ou quoi ??? » Non non, rassurez-vous ! Elle arrive.

Afin de ne pas me planter le jour J, et d’être certaine qu’il est bon, j’ai voulu testé en avance le Trianon. Ce gâteau est composé de trois fines couches: une génoise à la noisette, sur laquelle repose une croustillante couche de gavottes à la pralinoise, le tout surmonté d’une chantilly chocolatée (ou d’une mousse au chocolat, au choix). Rien de bien compliqué, en fin de compte. Mais du temps devant soi, et de la patience. Je vous mets donc les photos de ce gâteau « test », pas décoré comme le sera le final. C’était ma première crème fouettée… enfin, celle de Cheridoo plutôt car c’est lui qui s’y est collé, plutôt bien il faut dire !

GavottesLes gavottes, aussi appelées « crêpes dentelles » sont de très fines crèpes très croustillantes, originaires de Bretagne. Ce petit goût salé… ce croquant… hmmmm ! Elles sont la spécialité culinaire de Dinan, ville de Côte d’Armor. Elles sont délicieuses piquées dans une boule de glace vanille par exemple. Elles existent enrobées de chocolat, très bonnes également ! Je vous conseille vivement d’en acheter de vraies, celles qui sont emballées dans le papier doré, par deux.

PralinoiseElle est mélangé à la douceur chocolatée de la Pralinoise, ce chocolat de la marque Poulain, dont je vous ai déjà précédemment parlé; que j’adore. Renforcé par du pralin, ce mélange de noisettes et d’amandes caramélisées. C’est ce qui donne cette texture croustidélicieuse au Trianon. Ce « petit truc en plus ». Ce qui vous fait vous reservir une seconde part alors que vous n’avez pourtant plus de place dans l’estomac.

J’ai suivi à la lettre la recette de Nadine, que vous pourrez retrouver illustrée pas-à-pas ici. J’ai utilisé un moule à charnière, mais si vous possédez un cercle de pâtisserie, je vous le recommande chaudement car la génoise, qui est très fine, est très difficilement démoulable malgré le moule à charnière. Mais ça fait tout de même l’affaire, ne vous en faites pas.

Allez, voici la recette:

Pour la génoise à la noisette:

  • 2 oeufs
  • 60g de sucre en poudre
  • 40g de noisettes en poudre
  • 2 cuillers à soupe rases de farine (l’utilisation des mesures anglosaxones facilite la chose, idem pour la levure)
  • 30g de beurre fondu
  • ½ cuiller à café de levure chimique

Pour le croustillant:

  • 200g de Pralinoise
  • 9 paquets de gavottes (la boîte en compte 12)
  • 40g de pralin

Pour la chantilly chocolatée:

  • 300g de chocolat noir
  • 500g (50cl) de crème liquide entière

Commençons par la génoise: blanchissez les oeufs et le sucre en poudre. Ajoutez ensuite le reste des ingrédients: la farine, la levure, la poudre de noisettes et le beurre fondu. Mélangez bien, puis versez dans votre moule (ou dans le cercle de pâtisserie, posé sur la plaque de votre four, recouverte de papier sulfurisé).
Faites cuire 10 minutes à 180°C. Surveillez bien, cela ne doit pas être trop cuit: le gâteau doit encore être mou au doigt.

Laissez refroidir le temps de continuer la recette.

Ensuite, préparons la couche croustillante: Faites fondre au bain-marie la Pralinoise puis laissez-la tiédir quelques instants avant d’y ajouter les gavottes que vous émiettez grossièrement dans votre main (ou au rouleau si vous préférez, mais c’est tellement friable que ce n’est vraiment pas nécessaire selon moi) et le pralin. Mélangez afin que cela soit homogène, et étalez sur la génoise.

Réfrigérez durant 30 minutes.

Pendant ce temps, mettez vos fouets et un saladier/grand bol dans votre congélateur, en prévision de la chantilly. La crème liquide doit être bien froide elle aussi.

Une fois la demie heure passée, faites fondre au bain-marie le chocolat coupé en morceaux avec 100g de crème liquide. Pendant ce temps, sortez vos ustensiles du congélateur (attention, c’est quand mêm très froid hein). Montez la crème en chantilly… c’est assez long, armez-vous de patience.

Le chocolat doit refroidir quelque peu, sinon il fera retomber la crème.

trianonmontage.jpgMettez un peu de crème fouettée dans le chocolat, puis ajoutez le reste petit à petit, en mélangeant doucement comme si c’était des blancs en neige: partez du centre vers l’extérieur.
Lorsque toute la crème est mélangée au chocolat, étalez-la sur la couche de feuilleté.

Remettez le tout au réfrigérateur pour au moins 4 heure avant de déguster.

trianon.jpg

Bon anniversaire ma Chérie. Merci d’illuminer ainsi notre quotidien de tes sourires et de ta joie.

Riz sauté aux crevettes et au poivron rouge

J’aime les choses simples mais savoureuses. J’adore cuisiner, mais parfois l’envie se fait la malle ! C’est lorsque je suis dans cet état d’esprit que me vient le désir de simplicité. Grâce au Rice Cooker (merci beau-frère de l’avoir laissé à Cheridoo il y a des années), je ne me prends plus la tête avec la cuisson de mon riz (j’étais la reine du riz trop ou pas assez cuit, il y a de ça peu de temps encore); et je découvre donc qu’il est possible de le décliner à l’infini (vous l’aurez également remarqué, je n’en doute pas).

Il suffit parfois d’un rien pour exhauster les saveurs. Pour cette délicieuse recette, la clé réside dans l’association ail+gingembre+citronnelle, le tout relevé par une fausse sauce ponzu (je vous en reparlerai) que j’ai simplement préparée avec de la sauce soja additionnée de mirin et de jus de citron. En deux coups de couteau et trois tours de cuiller c’est prêt !

Riz sauté aux crevettes et au poivron rouge

Ingrédients (pour 2 personnes)

  • 150g de crevettes roses, cuites (environ)
  • Riz basmati
  • 1 poivron rouge
  • 3 gousses d’ail
  • 1/2 cuiller à soupe de citronnelle émincée
  • Un morceau de gingembre d’environ 3cm de long
  • Un filet d’huile d’olive

Pour la pseudo sauce ponzu:

  • 2 cuillers à soupe de sauce soja
  • 1 cuiller à soupe de jus de citron
  • 1 cuiller à soupe de mirin (facultatif, si vous n’en mettez pas, faites 50/50 entre le citron et la sauce soja)

Mélangez ensemble tous les ingrédients, dans un petit bol. Chacun se servira à sa guise en en versant sur son riz.

Faites cuire le riz basmati comme vous en avez l’habitude.

Pendant ce temps, épluchez les crevettes puis réservez-les au frais.

Epluchez l’ail et le gingembre, puis émincez-les très finement. Faites les revenir dans de l’huile d’olive chaude avec la citronnelle, dans une grande poêle ou une sauteuse.
Lorsqu’ils commencent à dorer, mettez le feu sur température moyenne puis ajoutez le poivron que vous avez préalablement détaillé en fine lanières d’approximativement 2cm de long.
Remuez avant de couvrir.
Laissez cuire environ 5-10 minutes, jusqu’à ce que le poivron soit tendre.

Ajoutez alors les crevettes décortiquées, brassez bien. Laissez sur le feu pendant 3mn avant d’y ajouter le riz cuit.

Augmentez la chaleur du feu, et laissez griller quelques minutes, jusqu’à ce que cela vous convienne (point trop n’en faut).

Purée de topinambour pour bébé curieux

L’une comme l’autre, mes filles sont curieuses. Et cela se ressent également dans leur plaisir à découvrir de nouvelles saveurs.

Grignotte va avoir 1 an dans quelques jours, déjà ! Bientôt, elle pourra découvrir encore plus d’aliments, dont les fruits rouges et exotiques.

J’aime leur faire à manger, même si parfois le courage me manque de préparer plusieurs repas alors que nous sommes 4.

J’ai découvert les topinambours il y a quelques temps, j’avais très envie d’essayer de vieux légumes, très consommé en temps de guerre par nos aïeules. Vous saviez qu’en fait, le topinambour est une plante, et que c’en est le tubercule que nous mangeons ?

Son goût et son odeur se rapprochent de celui de l’artichaut. C’est chouette car je déteste cuisiner l’artichaut…

Purée de topinambour

Voici une purée toute simple:

Ingrédients (pour environ 240g de purée):

  • 80g de topinambours
  • 80g de carottes
  • 80g de pomme de terre
  • 1 cuiller à café de crème fraîche épaisse, ou de beurre, ou d’huile (tournesol ou olive, pas une huile d’oléagineux à cause du risque allergène à cet âge)

Epluchez les topinambours, la carotte et la pomme de terre.

Puis détaillez-les en morceaux de taille à peu près égale afin d’avoir une cuisson hormonieuse.

Placez-les dans le panier de votre auto-cuiseur pour les faire cuire 8 minutes à la vapeur (à partir du chuchottement de la soupape).

Faites attention de ne pas vous brûler en sortant le panier de la cocotte, mixez le tout jusqu’à obtention d’une purée plus ou moins lisse selon les goûts de votre bébé. Le résultat est assez pâteux, ce n’est pas grave.

Servez, ajoutez la crème fraîche et faites déguster à votre petitout 🙂

Coquillettes ensoleillées à l’ail et au chorizo

Il est des jours où vraiment, je n’ai pas envie de me prendre la tête. Mais vraiment pas ! Pourtant, il faut bien manger; et je suis en charge de tous les repas familiaux, matin, midi, goûter, et soir.

Je n’aime le chorizo que cuit. Il ne faut pas chercher, c’est ainsi. L’inconvénient de cette recette est le côté gras; mais au moins pas besoin d’en rajouter, le chorizo en contient bien assez. Le chorizo pare les pâts d’une magnifique couleur jaune/orangée.

Coquillettes ensoleillées à l'ail et au chorizo

Une salade de crudités en entrée et hop c’est presque équilibré.

Alors voici une recette, pensée en 2 minutes, réalisée en 10 !

Ingrédients pour 2 personnes:

  • 200g de coquillettes (semi-complètes dans notre cas)
  • 100g de chorizo (nous utilisons du doux, mais c’est au choix)
  • 3 grosses gousses d’ail

Faites cuire vos pâtes dans un grand volume d’eau bouillante salée.

Pendant ce temps, coupez le chorizo en fines rondelles, que vous recouperez ensuite en deux afin d’obtenir des demi-lunes (vous pouvez les laisser entière si vous préférez). Epluchez les gousses d’ail et prenez soin d’en ôter le germe.

Lorsque les pâtes sont cuites, égouttez-les et réservez.

Remettez la casserole sur le feu fort, faites dorez le chorizo. Lorsqu’il commence à devenir croustillant, ajoutez-y l’ail finement haché ou pressé au presse-ail. Mélangez bien le tout. Laissez cuire environ 1 minute avant d’y ajouter les pâtes.

Brassez afin qu’elle soient bien enrobées et se pare d’une belle couleur rouge, baissez le feu et laissez environ 1 minute.

C’est prêt !

Douceur de chou chinois et de carotte au miel

Je ne sais pas vous, mais ici nous arrivons vite à la question fatale « euh Chéri(e), qu’est ce qu’on mange ce soir ?! ». C’est une question qui a souvent tendance à m’ascagacer (oui Mamounette, aujourd’hui je compatis à ces longues années durant lesquelles je ne répondais que de langoureux « chais pô » « j’m’en fouts » ou autre « peu m’importe », tout en grimaçant par la suite sur ce qui attérissait dans mon assiette). Un léger air de déjà-vu peut-être ?

Cette semaine, c’est cure de chou chinois à la maison, autant Cheridoo que Grenouille (ma fille aînée, je veux dire) m’en réclame tous les jours à corps… et à cris ! « Maman, je veux bien du chou chinois et des pâtes s’il-te-plaît »… lundi, mardi, mercredi… pfiouu j’en peux plus !

C’est quelque peu lassée de le manger de la même manière, et avec une extrême envie de douceur, que j’ai tenté l’association avec du miel et de la carotte. Je peux vous dire que c’était… délicieux.

Douceur de chou chinois et de carotte au miel

Ingrédients pour 2 personnes (sans compter la Grenouille grignoteuse, qui bien qu’elle ait déjà mangé picore dans l’assiette de Papa ET Maman):

  • 1/2 chou chinois (de taille moyenne)
  • 2 carottes
  • 3 petites gousses d’ail
  • Un morceau de gingembre d’environ 2,5cm de long
  • 2 cuillers à soupe de sauce soja (japonaise si possible)
  • 1 cuiller à soupe de mirin (facultatif)
  • 2 bonnes cuillers à soupe de miel liquide
  • Graines de pavot bleu
  • Graines de sésame blond
  • Huile d’olive

Epluchez les carottes puis coupez-les en deux dans le sens de la longueur avant de les émincer; les demi rondelles ne doivent être ni trop fines ni trop épaisses.

Emincez ensuite le chou chinois.

Peler les gousses d’ail et le gingembre, puis émincez-les finement (ou réduisez-les en purée). Faites-les revenir dans une sauteuse, dans de l’huile d’olive bien chaude. Avant qu’il ne colore, alors que cela parfume délicatement votre cuisine, ajoutez les carottes. Mélangez bien afin qu’elles soient enrobées d’huile. Réduisez la chaleur du feu, et laissez cuire environ 6 minutes.

Ajoutez ensuite le chou chinois, brassez délicatement. Faites cuire une bonne dizaine de minutes à feu moyen.

Ensuite, ajoutez la sauce soja et le mirin. Poursuivez la cuisson durant une quinzaine de minutes, jusqu’à ce que les carottes soient tendres mais encore quelque peu croquantes. C’est alors que vous ajoutez le miel. Mêlez-le bien au reste des ingrédients. Laissez sur le feu environ 2 minutes, puis servez.

Saupoudrez de graines de pavot et de sésame blond, ça apporte une touche craquante et savoureuse non négligeable.

D’autres recettes de chou chinois ici:

Le Paradis du Fruit enfin en Province! Ca se passe à Toulouse.

Lorsque Cheridoo et moi étions Parisiens, nous allions régulièrement boire un verre ou dîner au Paradis du Fruit. Nous aimions beaucoup celui de Bastille, quartier que nous affectionnons, mais avons également passé un excellent moment à celui de St Michel (où nous avions commandé un Paradis des Paradis *une grand plateau garni de presque tout, à partager*).

Maintenant, nous sommes Toulousains d’adoption depuis presque deux ans et demi, et je ne vais pas nier que beaucoup de choses au niveau restos nous manquent ici; mais c’est comme ça, et nous faisons avec.

pdf_fruits.jpgAlors quand nous avons vu que Le Paradis Du Fruit débarquait en plein centre ville de Toulouse, nos yeux se sont illuminés. C’est pourtant quelques temps après que nous y avons mis les pieds… samedi soir dernier. Nous avions prévu d’y être de bonne heure. N’oublions pas que nous sommes 4, que nous nous déplaçons le plus souvent avec une poussette double et que cela prend donc pas mal de place (ouïch!). C’est ainsi que nous sommes arrivés vers 19h. Heureusement, car les clients sont vite arrivés les uns après les autres. Le restaurant compte trois salles: deux en rez-de-chaussée, mais non communicantes au vue des clients (je me suis d’ailleurs demandé comment faisaient les serveurs), et une en sous-sol.

L’ambiance est cosy, assez féminine même. D’énormes corbeilles de fruits nous accueillent près de l’entrée. Un jeune homme nous installe, je lui demande timidement si je peux prendre quelques photos afin de publier un article sur mon blog; il m’a répondu ravi que oui, tant que je suis gentille 😉 Promis, je vais essayer mais je ne garantis rien… si vous passez par là, vous me direz ce que vous pensez de ce que j’en dis.

pdf_boissons.jpgNous nous sommes donc installés, puis avons attendu que l’on vienne prendre notre commande. Heureusement, nous étions hésitants, car l’attente fut un peu longue tout en étant raisonnable. Nous nous sommes fait plaisir en commandant deux cocktails: un J’ai 2 Amours pour Cheridoo (à base de rhum, de jus de mangue, de coco et de fruit de la passion), et un mojito pour moi (tequila, menthe fraîche et citron). Au final nous avons échangé car le mojito était trop fort pour la petite nature qui ne boit jamais d’alcool que je suis. Nous avons commandé un Lacté Fruit à la banane pour Grenouille: énorme! J’aime beaucoup le fait que l’on puisse composer ses boissons. Une base de fruit (un ou plusieurs mélangés), avec soit natures, soit du lait, soit du lait de soja ou encore du yaourt. Avec 18 fruits au choix, il y a de quoi varier ! On peut également choisir le cocktail classique ou exotique du jour. Les boissons sont préparées à la demande, donc assurance qu’elles soient fraîches.

pdf_brochettes_pita.jpgEn fait, tout est modulable. On prend ce que l’on veut dans les menus, par exemple. Cheridoo a pris le Paradis Céleste (4 garnitures + un accompagnement au choix) et moi un Paradis Terrestre (3 garnitures + un accompagnement). Il a choisi la brochette de saumon, la brochette de poulet, le tofu mariné et le pita fromage/dinde.

pdf_salade_pitas.jpgPour ma part, ce fut pita épinard/fromage de chèvre/miel/noix avec du tarama fumé (simplement délicieux, accompagné de petits pains) et des pitas au fromage. Dommage que le goût du miel ne fut pas plus présent en bouche, le chèvre l’emportait sur le reste; mais c’était tout de même très bon.

Nous avons tous les deux choisis les frites rustiques au sésame en accompagnement mais j’en fus très déçue. J’ai cherché partout le sésame, et la cuisson n’était pas homogène car certaines étaient très dures. Une portion de salade à base de soja frais et carotte accompagnaient également le tout. Autant vous dire que nos assiettes étaient bien copieuses! Pour Grenouille, ce fut des pitas et de la salade (plus du picorage dans nos assiettes); Grignotte elle, est encore trop petite mais a tout de même eu un triangle de pita qu’elle a adoré !

Evidemment, le choix est plus vaste. Il existe les « marmites », végétariennes ou non, par exemple. Pas mal des plats sont exotiques d’ailleurs.

Cheridoo a apprécié l’ambiance, les serveurs et serveuses sont vraiment sympas. Ca fait plus restaurant qu’à Paris. Bon, c’est un peu cher on ne va pas dire le contraire. Mais pour un repas une fois de temps en temps c’est tip top. Mais il faut penser à arriver de bonne heure car vraiment cela s’est rempli rapidement !

Coordonnées:
Le Paradis du Fruit
16 Boulevard de Strasbourg
31000 Toulouse
Tel: 05 61 62 55 77