Cupcakes à la banane et à la purée d’amande

Je suis une grande gourmande. J’aime beaucoup beaucoup les gâteaux au chocolat, mais je suis devenue très exigente avec le temps. Mais ça ne se limite pas là et je me lance dans les gâteaux plus « individuels », vive les muffins, fairy cakes… ou je fais tout simplement dans des moules à muffins à la place du moule à gâteau. Puis cela permet à Cheridoo d’en prendre le matin sans s’enquiquiner à couper etc. Il pioche dans la boîte, et c’est parti dans le sac à côté de son beau thermomos rouge (Grenouille dit ça de façon trooooop mignonne « le thermomos de Papa »)… c’est bien de vouloir passer d’un grand moule à plusieurs petits, mais cela peut aboutir à des surprises (qui n’en sont pas forcément) quand on veut aller contre la nature: petit, c’est petit; donc on ne remplit pas le moule jusqu’en haut et on s’arrête au deux-tiers ! Sinon, ça peut donner ça…

Banana Cupcakes

… De délicieux cupcakes, mais qui ressemblent un peu à Elephant Man avec cette excroissance forméelors de la cuisson. Ils se sentaient un peu à l’étroit, alors ils ont décidé de prendre leur indépendance et de sortir du moule (sans mauvais jeu de mot). Vous comprendrez pourquoi j’ai longuement hésité avant de mettre la recette ici, vu le résultat; mais il aurait été dommage de la garder pour moi alors qu’ils sont vraiment bons !

La banane est un des fruits que j’aime le plus ! Comme vous le savez, j’ai reçu des livres en double récemment, dont celui sur les cupcakes. J’y ai pioché cette recette de cupcake, en l’ayant quelque peu modifiée. En effet, j’essaie des alternatives aux protéines animales et ai donc décidé de remplacer le beurre par de la purée d’amande blanche, à quantité égale. Cela donne un moelleux incomparable aux cupcakes. J’ai également réduit la quantité de cannelle, et là c’est parfait. Enfin, n’ayant pas de farine semi-complète à levure incorporée, j’ai mis de la farine blanche à levure incorporée.

Ingrédients:

  • 250g de farine à levure incorporée
  • 120g de sucre en poudre
  • 220g de purée d’amande blanche (ou de beurre mou)
  • 1 ½ cuiller à café de levure chimique
  • 1 cuiller à café de cannelle en poudre
  • 1 cuiller à café de vanille liquide
  • 4 oeufs
  • 2 bananes

Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6/350°F).

Mélangez dans un grand saladier la farine, la levure, la cannelle et le sucre.

Ajoutez la purée d’amande et la vanille liquide; puis les oeufs un à un. Mélangez bien entre chaque ajout. Vous pouvez le faire au robot, ou au fouet électrique; c’est même conseillé.

Epluchez les bananes avant de les écraser à la fourchette afin d’obtenir une sorte de purée. Ajoutez-la enfin, et mixez jusqu’à ce qu’elles soient bien incorporées à la préparation et que celle-ci s’éclaircisse.

Enfournez pour une vingtaine de minutes; en surveillant bien. La pointe d’un couteau (ou un cure dent) doit resortir sèche.

Je n’ai pas fait de glaçage à cause de l’allure de mes cupcakes, mais surtout n’hésitez pas à en faire un 🙂

Salade aux croquettes de mozzarella

Je ne suis pas une fana de fromages en général, vraiment pas… Mais je me soigne ! Bon, en même temps il ne faut pas en manger trop si on veut garder la ligne 😉

J’avais envie de mettre un peu de mozza dans ma salade composée du soir, petit écart car j’évite le fromage le soir (c’est graaaas et se pose direct sur mes hanches héhé). Je n’aime pas tellement la texture caoutchouteuse de la mozzarella crue (ne me faites donc pas de tomate/mozza si vous m’invitez à dîner ;)), alors je me suis dit que j’allais la paner, la passer rapidement à la poêle. Ce ne fut pas un véritable succès, car c’est bien connu: la mozzarella, ça fond ! Mais c’était cependant très bon, juste pas forcément très esthétique.

Pour la vinaigrette, je vous conseille une préparée à base de vinaigre balsamique ou de vinaigre de framboise, et d’huile d’olive. Mais ce n’est qu’un conseil, et vous en faites ce que vous voulez.

Ingrédients pour deux personnes:

  • 8 petites boules de mozzarella
  • Farine
  • 1 oeuf
  • Curry en poudre
  • Sel et Poivre
  • Chapelure fine (j’ai utilisé la chapelure japonaise Panko)
  • Huile d’olive
  • Mâche
  • Maïs (une petite boîte de conserve)
  • 1 tomate

Mettez la mâche dans les assiettes.
Coupez la tomate en cubes, et parsemez-les sur la salade.
Egouttez le maïs, répartissez-le dans les assiettes.

Réservez.

Si les boules de mozzarella sont trop grosses, coupez-les en deux.

Préparez les assiettes/bols pour la panure, de gauche à droite pour plus de facilité (mais faites comme bon vous semble): dans le premier, mettez un peu de farine; dans le second, battez l’oeuf avec du sel, du poivre et du curry (au goût); dans la dernière mettez la chapelure.

Maintenant, c’est simple: roulez les boules de mozzarella dans la farine, puis trempez-les dans le mélange à base d’oeuf, après les avoir un peu égouttés, roulez les croquettes dans la chapelure; elles doivent en être uniformément enrobées. Disposez-les dans une assiette.

Mettez à chauffer un peu d’huile d’olive dans une poêle (pendant ce temps, pourquoi ne pas faire un peu de vaisselle..? sauf si vous avez la chance d’avoir un lave-vaisselle, ce qui n’est pas mon cas). Il faut que cela soit bien chaud.

Disposez délicatement les croquettes de fromage, baissez un peu le feu sinon cela va fondre trop vite. Laissez dorer en pensant à les retourner, puis mettez-les sur votre salade (sans avoir oublié de l’assaisonner).

********************************************************************

N’oubliez pas le sondage pour m’aider à mieux vous satisfaire sur Nos P’tites Magies, ainsi que de me dire ce que vous en pensez 😉 Il sera clôturé le 5 mai au soir.

Lentilles corail aux épices et lait de coco

Cette recette, comme beaucoup de recettes de légumineuses que je cuisine, est d’inspiration indienne; c’est une variante plus simple du dahl de lentilles corail que j’avais déjà préparé. J’aime énormément la cuisine indienne pour ses épices si bien mariées, pour son côté végétarien (mais il faut savoir que toute l’Inde n’est pas végétarienne) aussi. J’y puise beaucoup pour nos repas. Je me renseigne d’ailleurs depuis quelques temps sur l’Ayurveda (qui signifie littéralement « connaissance/science de la vie »), qui va au-delà de la cuisine.

Cette recette est issue de l’excellent livre L’encyclopédie de la cuisine végétarienne; que je vous recommande chaudement.

Le lait de coco donne un doux goût subtil. Les épices se marient à merveille les unes aux autres; et aident à mieux digérer les légumineuses (qui peuvent causer des flatulences… amis de la poésie, bonjour). J’ai cependant choisi de ne pas mettre les graines de cumin et de moutarde, épices que nous n’aimons que très peu sous leur forme de graines.
Un pur délice cependant.

L’avantage des lentilles corail est qu’elles ne nécessitent pas de trempage préalable, en plus elles cuisent relativement vite. Associées à un féculent, et avec les tomates de la recette d’origine (là je n’en avais plus, sinon j’en aurais mis), cela constitue un repas équilibré et savoureux.

Lentilles aux épices et lait de coco

Je vous déconseille de saler durant la cuisson des lentilles, car cela la ralentirait; n’hésitez donc pas à goûter avant de servir afin de rectifier l’assaisonnement.
Le jus de citron permet une meilleure assimilation du fer.

Ingrédients pour 4 personnes (ou 2 repas):

  • 225g de lentilles corail
  • 2 cuillers à soupes de ghee (ou d’huile végétale)
  • 1 oignon
  • 3 gousses d’ail
  • 1 carotte
  • 1 morceau de 2,5 cm de gingembre
  • 2 cuillers à café de curcuma en poudre
  • 1 cuiller à café de piment doux en poudre
  • 1 cuiller à café de garam masala
  • 40cl de lait de coco
  • 40cl d’eau
  • Jus de citron verts
  • 5 tomates (pelées, épépinées et coupées en cubes)
  • Coriandre fraîche (je n’en avais pas)
  • Sel & Poivre du moulin

Epluchez et émincez finement l’ail, le gingembre et l’oignon; réservez ce dernier.
Epluchez la carotte avant de la détailler en petits dés.

Dans une sauteuse, faites chauffer le ghee (ou l’huile). Faites-y revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il devienne translucide. Ajoutez ensuite l’ail, le gingembre et la carotte; mélangez bien et faites cuire durant 5 minutes environ, en remuant de temps en temps.

Incorporez le curcuma, le garam masala et le piment doux. Brassez bien le tout afin que les épices enrobent les ingrédients. Faites cuire pendant 1 minute sans oublier de mélanger afin d’éviter que cela ne brûle.

Ajoutez les lentilles, le lait de coco et l’eau et les tomates. Portez à ébullition avant de baisser le feu. Laissez mijoter pendant environ 30 à 45 minutes à couvert. Brassez régulièrement.

Incorporez le jus de citron (et la coriandre). Vérifiez l’assaisonnement, réctifiez si besoin, et poursuivez la cuisson durant une quinzaine de minutes.

Vous pouvez décorez avec de la coriandre fraîche et des amandes effilées et grillées.

[SONDAGE] Qu’aimeriez-vous lire dans Nos P’tites Magies ?

J’aimerais savoir ce qu’il vous plairait de voir plus souvent sur ce blog. Il est avant tout pour moi, mais également pour vous, alors autant faire en sorte que vous puissiez trouver des choses qui vous plaisent.

Alors voici un sondage à réponses multiples, vous avez la possibilité de proposer quelque chose n’étant pas dans la liste, en l’inscrivant dans la case grise (après l’avoir cochée).
Il sera clôturé le 5 mai 2008 à 23h59.

N’hésitez pas à en dire plus en commentaire, afin que cela soit plus précis.
<a href = »http://answers.polldaddy.com/poll/553545/ » >Qu’aimeriez-vous voir plus souvent sur Nos P’tites Magies ?</a> <br/> <span style= »font-size:9px; » mce_style= »font-size:9px; »> (<a href = »http://www.polldaddy.com »> surveys</a>)</span>
Merci 🙂

Dahl de pois cassés aux poireaux

Je reprends du poil de la bête, la motivation est revenue, et avec elle les repas équilibrés ! Alors vous risquez de trouver un peu plus de plats à base de légumineuses qu’avant, puisqu’ils composent mes déjeuners actuellement. En effet, je ne mange que peu de protéines animales, je compense donc par les légumineuses.

J’ai trouvé cette recette de dahl sur Odélices, l’association pois cassés+poireaux me tentait bien, et m’arrangeait puisqu’ainsi, pas besoin de me casser la tête à trouver quel légume manger !

Pois CasséesJ’aime beaucoup les pois cassés, ma maman en fait une succulente purée en hiver, rien de tel pour se sentir bien par les lourdes et grises journées hivernales !

Au dernier moment, je me suis rendue compte que je n’avais plus d’oignon (sacrilège!! j’en ai toujours dans ma cuisine habituellement). J’ai donc effectué quelques petites modifications quant à la recette originale.

Au moment du service, je me suis rendue compte que j’avais oublié de mettre le lait de coco! oops. Alors à la place, j’ai mis sur le dahl un peu du mélange yaourt velouté+ail+poivre que j’avais fait la veille au soir comme vinaigrette pour mes crudités. C’était délicieux.

Nous avons dégusté ce dahl avec du riz semi-complet. Je pense qu’il est possible d’ajouter des pommes de terre coupées en morceaux pas trop gros, qui cuiraient avec les pois cassés.

A la première bouchée, Cheridoo s’exclame d’un « c’est trop bon ça! » sans même avoir vidé sa bouche ! héhé

Ingrédients (pour 4 personnes):

  • 300g de poireau
  • 2 échalottes
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cuillers à soupe de ghee (ou du beurre, ou de l’huile)
  • 2 feuilles de laurier
  • ½ cuiller à café de gingembre râpé
  • ½ cuiller à café de curcuma en poudre
  • 200g de pois cassés
  • 1,25L d’eau environ
  • 2 cuillers à soupe d’un mélange yaourt brassé+ail pressée+poivre (ou 10cl de crème fraîche, ou 10cl de lait de coco)
  • Sel et Poivre

Pelez puis émincez finement les échalotes, l’ail et le gingembre.

Dans une sauteuse, faites chauffer le ghee. Mettez-y les aromates (ail, échalotes, gingembre et laurier) avec le curcuma à revenir.
Ensuite, ajoutez le poireau, salez, couvrez la sauteuse et laissez cuire durant une quinzaine de minutes à feu moyen.

Ajoutez les pois cassés, mélangez bien. Recouvrez d’eau (j’ai mis un litre au départ, puis ai rajouté 1/4 de litre en cours de cuisson).
Portez à ébullition pendant 10 minutes, puis poursuivez la cuisson durant 1 heure, toujours à feu moyen.

Avant de déguster, ajoutez la crème fraîche ou le lait de coco, brassez bien et servez. Personnellement, comme j’ai zappé cette étape, j’ai mis une cuiller à soupe de ma sauce au yaourt aillé sur le dahl, dans chaque assiette. Cela se mariait très très bien.

Autres recettes de légumineuses:

Enfin un véritable habillage pour Nos P’tites Magies

Comme je vous l’avais laissé entendre, le dernier design choisi était temporaire puisque « tout prêt ».

Il est 22h57, et après quelques mois de brain-storming (« bon, tu veux quoi exactement ? » « t’es certaine ? » etc), plusieurs essais infructueux, voici le design 100% Nos P’tites Magies.

Merci bibi euh Chéridoo 😀 Merci aussi à son collègue Pierre, qui fut de bons conseils 🙂

Quelques modifications vont avoir lieu sans doute dans les deux jours à venir, rien de fondamental ne vous en faites pas.

Veuillez également noter que:

  1. Les liens sont maintenant sur une page à part entière, en haut du blog, sous la bannière.
  2. Chaque page ne montre que deux articles, afin d’alléger le contenu visuel.

J’espère que cela vous plaît, car moi je l’adore, vraiment !!! Suis trop happy.

Si vous avez des suggestions, des remarques, n’hésitez pas 🙂

La photo de la bannière est une vue à partir du Stanley Park de Vancouver… là où nous allons d’ici quelques mois pouvoir nous promener en famille, admirer les écureuils, les ratons laveurs, les corbeaux, les mouettes, les arbres, les montagnes… ah… Vancouver…

Dites-moi ce que vous en pensez 🙂

A bientôt pour une recette cette fois, promis.

Cuisine Japonaise, Yaourts, Cupcakes… nouveaux livres dans ma cuisine !

J’ai fait ma première commande sur le site Abebooks il y a plus d’un mois. J’ai reçu mes livres il y a deux jours, et ce fut laborieux car je n’avais pas reçu le premier envoi, j’ai donc contacté le vendeur, qui m’a gentiment réexpédié mon colis.

Mardi, 17h30, le téléphone sonne. Je ne connais pas le numéro qui s’affiche. « Bonjour, Melle P. Nolwenn ? » (j’évite de reprendre en disant que c’est Madame, mais bon…) « Oui oui, elle-même » « Ici le bureau de Poste X, nous avons en colis en attente pour vous depuis le 25 mars, ça vient de Suède » « Ah bon? je n’ai reçu aucun avis de passage, vous fermez à quelle heure ? […] D’accord, j’arrive ! »

Et au final, c’était mon premier colis… j’ai donc reçu les livres en double. Dingue !

Mais quels livres avais-je commandés ? Des livres en anglais, trois sur la cuisine japonaise et un sur les cupcakes. J’ai également reçu ma commande France Loisirs: le livre sur les yaourts de Murielle. C’était la journée des livres 😀 J’ai également craqué, il y a deux semaines, sur le livre consacré aux sushi dans la collection « Leçons de cuisine », par le maître sushi Hisayuki Takeuchi.

Petite présentation:

Japanese homestyle dishes, de Susie Donald.

Un peu déçue par le format, je m’attendais à un livre plus gros.

Sur l’intérieur de la couverture se trouve des tables de conversions et correspondances, c’est très pratique puisque, tout le monde le sait, les anglosaxons cuisine en mesure, alors que nous mesurons en poids. Cela peut donc parfois s’avérer difficile (par exemple pour le beurre).

Le livre est un livre à spirales. Après une description des ingrédients et ustensibles, on y trouve des recettes classiques (soupe miso, riz aux trois garnitures…) mais également des plats un peu moins connus en Occident.

The best 50 sushi rolls est un petit livre souple consacré aux maki. J’adore la partie nou indiquant quelques phrases japonaises pouvant être utiles dans un resto japonais; j’aime également les pages « Do’s and Dont’s at the sushi bar » (à faire et ne pas faire dans un bar à sushi), pas mal pour éviter les erreurs et donc la foudre. Pour changer des inconditionnels makis au surimi, au saumon et au concombre, 50 recettes diverses. Malheureusement, aucune illustration… vive l’imagination 🙂

A dictionnary of Japanese food, ingredients & culture, de Richard Hosking. C’est vraiment un dictionnaire (au sens littéral du mot) très complet sur les ingrédients composant la cuisine japonaise. Il est dans le sens japonais/anglais, et plus concis anglais/japonais. Chaque ingrédient est également noté en caractères japonais. Il est illustré par des dessins en noir et blanc. Plus d’excuses maintenant pour ne pas connaître tel ou tel ingrédient !

Sushis, Hisayuki TakeuchiSushis, d’Hisayuki Takeuchi, livre de la collection Leçon de cuisine. Cela fait déjà quelques mois que je zieute régulièrement cette collection de livres de cuisine, didactiques et dont les recettes sont illustrées en photos pas-à-pas. Ceux qui m’intéressaient étaient ceux de Christophe Felder, et plus récemment celui sur les confiseries.

J’ai « connu » Hisayuki Takeuchi (souvent référé dans la presse comme « Hissa » ou « Chef Hissa ») dans l’émission de la chaîne direct 8 « A vos fourchettes », diffusée le samedi à 10h. Impressionnée. Il allie le visuel au gustatif, mais avec beaucoup de passion, le visuel semble avoir presque autant d’importance que le goût lui-même.

Dans ce livre, j’apprécie beaucoup le petit glossaire de prononciation et de vocabulaire japonais. On apprend comment préparer le wasabi, le riz (sushi meshi) est vraiment original puisque réalisé à partir de vinaigre de framboise.

Chaque étape est détaillée, aucune n’a pas sa photo. Hissa montre comment faire les sushi à la main, mais également avec les très pratiques moules à sushi !

Vraiment, un bon livre, surtout lorsque l’on débute dans la réalisation des sushi. De quoi rassurer les plus récalcitrants !!

500 Cupcakes500 cupcakes, the only cupcake compendium you’ll ever need.

Vous ne pouvez pas être passés à côté de la folie cupcakes !!! J’ai découvert ce livre en 2006, lors de notre lune de miel à Vancouver (Colombie-Britannique, Canada). Mais j’avais déjà acheté tellement de livres à la librairie culinaire Barbara-Jo’s books to cooks qu’il était hors de question que j’en achète d’autres, sous peine de ne plus pouvoir rentrer en avion 😀

Avant, les cupcakes étaient surtout faits et mangés lors des goûters d’anniversaires des enfants; maintenant ils se font à toutes occasions, même en gâteau de mariage !

Ce livre est génial, il pose les bases (car qui dit « cupcake » dit généralement « glaçage » et « décoration »), et donne énormément de recettes…

Je ne regrette pas de l’avoir acheté, et je vous en reparlerai bientôt, d’ailleurs.

Et voici le dernier (bravo si vous avez lu jusqu’ici!):

Yaourts, 100 recettes de saisonYaourts, cent recettes de saison; Murielle Khamouguinoff

Celui-ci, je l’attendais depuis longtemps, il me fait de l’oeil depuis un bail. Maintenant que je fais mes yaourts maison, je ne pouvais plus résister ! J’ai profité de l’approche de la date butoire à France Loisirs pour l’y commander (d’où la couverture bleue au lieu de blanche, je pense).

Murielle nous propose de confectionner nos yaourts au rythme des saisons. Tout pour me plaire 😉

Et étonnant: le livre contient des recettes sucrées ET salées.

Plus d’excuses pour ne pas varier les plaisirs, et oser.

Prochain test: yaourts au chocolat et à la noix de coco 😀

Avec tout ça, je suis parée ! D’ailleurs, j’ai décidé que j’allais recommencer à établir des menus à la semaine; je vous en reparlerai !

Vous trouverez tous ces livres dans ma boutique Amazon.

Gâteau citronné au double yaourt recouvert de chocolat

Si vous avez bonne mémoire et/ou que vous venez me lire de temps en temps, vous vous souvenez sans doute que nous avons fêté le premier anniversaire de Grignotte en famille. Pour le lendemain, c’était galettes party (je vous en reparle bientôt). Pour le dessert, j’avais prévu un simple gâteau au yaourt amélioré: deux yaourts au lieu d’un, parfumé avec le zeste d’un citron, et le tout glacé au chocolat. Une tuerie faite en deux coups de fouets.

Inutile de rappeler que les mesures se font à l’aide du pot de yaourt vide 😉

Cela ne se voit pas forcément, mais au centre c’est un nounours en sucre glace, vermicelles colorés et fraises tagada. Entouré de coeurs de sucre glace et de bananes. Je ne suis pas très douée en décors de gâteaux; j’ai mis le sucre glace trop tôt et il a donc en partie fondu au contact du chocolat encore chaud… mais je craignais qu’il n’adhère pas mpff ! Vous pouvez le décorer comme il vous plaît, ou le laisser tel quel.

Ingrédients:

  • 2 yaourts de 125g chacun
  • 3 pots de farine
  • 2 pots de sucre
  • ½ pot d’huile neutre (tournesol c’est très bien)
  • 1 sachet de levure chimique
  • Le zeste d’1 citron
  • 100g de chocolat pâtissier noir
  • Crème semi-épaisse

Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6).

Dans un grand saladier, versez les yaourts en raclant bien les pots. Gardez-en un afin de s’en servir comme mesureur.

Ajoutez la farine, le sucre, la levure et l’huile. Mélangez bien jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène.

Prélevez le zeste du citron (vive la Microplane qui ne prélève que le zeste sans la partie blanche, sans effort), recoupez-le en petits morceaux si besoin et incorporez-le à la pâte. Mixez bien.

Beurrez votre moule, mettez la pâte dedans, et enfournez jusqu’à ce que la pointe d’un couteau plantée au centre ressorte sèche.

Laissez refroidir un peu avant de démouler.

Pendant ce temps, cassez le chocolat en morceaux et faites-le fondre au bain marie avec un peu de crème fraîche semi-épaisse. Lissez bien afin qu’il n’y ait plus de bouts de chocolat, et que le mélange soit bien lisse.

Lorsque le gâteau est froid, nappez-le de chocolat. Décorez ou non.

Mettez dans un endroit frais afin que le chocolat durcisse.

Nasi goreng à ma façon: riz frit aux crevettes

Véro l’évoque régulièrement dans sa Cuisine Métisse… le Nasi Goreng est un plat indonésien signifiant littéralement « riz frit ». Ce qui fait la différence du riz cantonais se situe surtout dans le fait qu’à la fin est ajoutée une sauce soja syrupeuse et sucrée: le kecap manis. Je ne connais pas suffisamment la cuisine et la culture indonésienne, mais à première lecture d’un des articles de Véro, j’ai de suite remarqué la ressemblance entre le mot « kecap » et le mot anglosaxon « ketchup », encore plus lorsqu’elle a précisé la prononciation (« kétchap’ manisse »); et c’est vrai que la texture est semblable (je trouve). D’ailleurs, merci de m’avoir renseignée par mail. Et merci beaucoup à mon amie Sophie qui a fait un détour par Toulouse en rentrant de Bordeaux juste pour me ramener la bouteille de sauce gentiment achetée à Eurasie.

Tout ça parce que depuis environ une semaine, j’étais obsédée par la réalisation (et la dégustation, cela va de soit) d’un riz frit. Oui bon je sais, j’ai régulièrement des obsessions culinaires… c’est comme ça, on vit plus ou moins bien avec, je vous rassure ! 😉
J’avais le visuel en tête, des ingrédients qui me faisaient envie par-ci par-là. Un peu d’oeuf, des légumes, un riz presque croquant… Mais de penser au nasi goreng de Véro et de cette sauce dont elle parle régulièrement, cela me semblais presque indispensable pour réaliser le plat; étant sans, je ne passais donc pas à l’acte (j’aurais pu).

Là, c’est chose faite. Par contre, la prochaine fois, je mettrai probablement un peu de nuoc mam afin de saler.

Nasi Goreng

Ingrédients:

  • 150g de riz cru (j’ai utilisé du riz basmati semi-complet, prenez celui que vous voulez)
  • ½ oignon
  • 3 belles gousses d’ail
  • 1 oeuf
  • 2 petites carottes
  • 6 champignons de Paris (taille moyenne)
  • Environ 12-15 crevettes roses cuites (les miennes étaient de calibre 40/60)
  • Huile (d’olive ici, là encore c’est au goût)

Faites cuire votre riz comme d’habitude.

Epluchez l’ail et l’oignon avant de les émincer finement.

Epluchez également les carottes, et détaillez-les en petits cubes.

Dans une sauteuse ou un wok, faites chauffer un peu d’huile afin d’y faire revenir l’ail et l’oignon. Lorsque l’oignon commence à devenir translucide, ajoutez les carottes. Remuez bien avec qu’elles soient enrobées d’huile. Laissez cuire quelques minutes.

Lorsqu’elles sont tendres mais encore croquantes, sortez des baguettes, cassez l’oeuf dans la sauteuse/le wok, et brassez vigoureusement pour le brouiller, jusqu’à ce qu’il soit cuit.

Coupez les champignons de Paris en deux, puis en lamelles. Ajoutez ces derniers au mélange, remuez.

Quand les champignons ont réduit, ajoutez le riz cuit. Mélangez le tout et laissez frire en remuant de temps en temps. J’aime lorsque le riz croustille un peu, faites au goût.

Profitez-en pour épluchez les crevettes, et pour couper chacune d’elle en trois ou quatre (selon la taille); vous pouvez évidemment les laisser entière si vous préférez, moi l’idée d’avoir des morceaux de crevettes me plaisait.

Ajoutez-les au reste, mélanger, et laisser encore sur le feu pour environ 3 minutes.

Ajoutez une à deux cuillers à soupe de kecap manis, à défaut de la sauce soja additionnée d’un peu de sucre (ou de sauce soja sucrée Kikkoman).

Laissez les saveurs se mêler pendant quelques minutes, puis servez.

Tartine Mozzarella/Jambon cru pour soir de flemme

Il arrive que le manque de courage se fasse sentir, surtout le soir. Pourtant, je ne suis « que » Maman au foyer et n’ai donc pas l’excuse des longues journées de boulot, à côtoyer des c**s, sans compter les transports en commun ou les embouteillage en voiture. Mais croyez-moi, deux petites en bas âge, parfois il faut bien s’accrocher ! Surtout que depuis quelques jours, Grignotte s’est enfin décidé à marcher (cela fait des mois que tout le monde nous demande systématiquement « elle marche ???!!! », en attendant une réponse positive. Ca y est, oui ! M’enfin, elle fait encore souvent sa fainéante. Vous verriez les cabrioles qu’elle fait dans son lit (encore à barreaux, ouf), elle essaie de marcher, mais se lance en avant et atterrit à plat ventre, folle de joie. Grenouille, quant à elle, très curieuse, est très demandeuse d’activités diverses et variées, il faut toujours que je trouve quelque chose, même si comme tout enfant elle a ses phases obsessionnelles (en ce moment, ce sont les Pokemon… nous lui avons trouvé un super album, où il faut chercher les Pokemon, un peu comme « Où est Charlie » que j’adorais enfant); mais elle ne sait pas lire, et me demande toutes les trois secondes et demie « Maman, c’est quoi le nom de ce Pokemon ? et celui-là ? et lui ? lui c’est Florizard, il ressemble à Bulbizard »…. j’ai la tête qui tourne !

Bref, tout ça pour vous dire qu’il arrive des soirs où je n’en peux plus, où je n’ai qu’une envie: larver en déconnectant, une fois qu’elles ont sombré dans le sommeil avec notre ami Morphée.

Ces tartines sont venues un de ces soirs… je ne savais pas du tout quoi nous préparer, un coup d’oeil dans le réfrigérateur et voilà ces tartines simplissimes. Une salade de crudités, un bol de soupe et voilà un repas vite fait bien fait. Vous pouvez rajouter des champignons de paris finement émincés, ou pourquoi pas deux ou trois rondelles de tomates (attention, elles rendent du jus à la cuisson).

Mon arme secrète pour ces tartines, c’est mon « tchouk tchouk rouge » comme je l’appelle, il s’agit du mélange Fruits Alfresco: un mélange d’aromates, à la base pour viande, dans un moulin rechargeable; découvert dans l’épicerie du centre d’Auray (56), où le proprio est d’ailleurs très sympa. Le mélange se compose de tomates séchées au soleil + clochettes de poivre + olives + poivre noir + basilic + ail séché + blé en herbe + oignon rouge. A Nantes, vous pourrez trouver les produits de cette gamme (géniale et originale; nous avons d’ailleurs acheté celui à base de lavande pour poisson, je vous en reparlerai) à Côté Maison, situé dans la gallerie marchande Carrefour Beaulieu.

Pour le jambon… je risque de faire hérisser le poil de certains… mais lorsque c’est pour moi, j’enlève le gras. J’entends d’ici les « ouuuuuuuuuuuuuh » réprobateurs, mais c’est comme ça. A vous de voir si vous désirez ou non le garder.

Ingrédients pour 4 grandes tartines:

  • 4 tranches de pain en boule
  • 1 petite boule de mozzarella (125g égouttée)
  • 2 grandes tranches de jambon cru
  • Mélange « Fruits alfresco » (facultatif)

Préchauffez votre four à 180°C (thermostat 6).

Tartine à la mozzarella et au jambon cru

Egouttez votre mozzarella avant de la découper en fines rondelles.

Sur la grille du four (ou le lèche-frittes) recouverte de papier sulfurisé, disposez les quatre tranches de pain. Coupez (ou déchirez à la main) le jambon cru.

Alternez sur le pain mozzarella et jambon cru jusqu’à ce qu’elles soient complètement couvertes.

Donnez quelques tours de moulin dessus, avant d’enfournez pour 10 à 15 minutes. Vous pouvez mettre du thym, c’est très bon également. C’est prêt lorsque la mozzarella est fondue et un peu dorée.

Vous voyez, c’est vraiment simplissime. Profitez de la cuisson des tartines pour confectionner une salade composée par exemple 🙂