Framboises et Rose en limonade pour une boisson très girly

Dimanche dernier, lors du pique-nique, Enflammee nous avait préparé sa délicieuse limonade à la framboise. Par contre, elle confirmera ou infirmera, il me semble qu’il n’y avait pas de sirop de violette comme il était indiqué dans la recette sur son blog.
C’était tout simplement délicieux ! La preuve, Grenouille a descendu à elle toute seule une bonne partie de la bouteille 😉

J’avais repéré la recette auparavant, et était donc ravie qu’elle nous en apporte. Ben oui, j’étais séduite par l’idée, mais je n’aime pas tellement les framboises en général car je trouve leur goût vraiment trop acide pour moi.

Mais pour moi, la framboise c’est mes vacances en Bretagne, à aller sur le bord du chemin les cueillir avec ma Mamy… le grignotage avant de rentrer, les regards complices échangés en disant si long « on ne dira à personne qu’on en a tant mangées avant de revenir »… Ahlala c’était il y a bien longtemps !

Mais entre cette boisson fruitée et les amandines aux framboises du jardin de Christine, les filles ont réussi à me réconcilier avec la framboise !

Je n’ai changé que le sirop… En effet, j’étais persuadée que nous avions dans notre placard du sirop de violette, mais… non ! Nous avons en notre possession du sirop de lavande et du sirop de rose. Par peur que la lavande ne l’emporte sur la framboise, alors j’ai opté pour la rose. Cela allait parfaitement ensemble !

Personnellement, j’ai mixez les framboises au mixer, mais vous pouvez simplement les écrasez à la fourchette. Si l’idée de trouver des morceaux ou des pépins vous embête, il est possible de passer les framboises avant d’incorporer le sirop et la limonade.

Les sirops de la marque Monin sont tout simplement excellents. On les trouve dans la plupart des grande surface maintenant, même si évidemment l’intégralité de leur gamme n’est pas dispo dans un seul magasin, il se peut qu’il faille en faire plusieurs…

Ingrédients:

  • 1,5L de limonade (prenez-en avec du vrai sucre, pas des édulcorants… c’est quand même meilleur!)
  • 250 de framboises (surgelées chez moi, fraîches si vous pouvez)
  • 2 cuillers à café de sirop de rose

Mixez les framboises relativement finement.
Lorsque vous obtenez la texture désirée, ajoutez le sirop.
Mélangez bien.

Placez le mélange dans un pichet ou dans une grande bouteille (armez vous de patience).

Délicatement, versez la limonade. Tout doucement… vous n’êtes pas pressé(e) n’est-ce pas. Sinon, c’est à vos risques et péril car cela mousse mousse mousse.

Réservez au frais avant de servir.

C’est très très bon, vous verrez 🙂

Partage, Rires, Rencontres… c’était le premier Pique-Nique des culino-blogs de Toulouse !

Hier fut vraiment une excellente journée… Du soleil, des rencontres, des retrouvailles, des découvertes, un anniversaire, un pique-nique…

Le pique-nique a attiré plus de monde que ce que je ne pensais, et ça m’a vraiment fait plaisir de voir des gens heureux de venir partager ce moment avec nous (ben oui, toujours la peur de faire un véritable bide !).

Etaient présents des blogueuses, des lecteurs, des collègues… sans oublier les conjoint(e)s, les enfants, ma maman, mon tonton… Que du beau monde 😀 Chacun est venu avec sa bonne humeur, ce qui n’est pas rien ! De plus, le soleil était revenu spécialement pour nous, alors que demander de plus ?

La Prairie des Filtres s’est vue se remplir petit à petit par des groupes de personnes qui, comme nous, profitaient de l’espace pour se rencontrer et s’amuser. A côté, un groupe s’était réuni pour faire pleins de jeux différents (cartes etc), d’autres blogueurs pique-niquaient également (Anne a d’ailleurs eu une petite mésaventure et sa tarte est partie dans leurs ventres à eux plutôt qu’aux notres… je savais que j’aurais dû faire ma pancarte ! hihi).

Bon, il y a également eu quelques petits « hic », mais rien par rapport à nous (des jeunes jouant au ballons sans faire attention, ballon qui frappe violemment notre joli pique-nique… moment d’antologie avec Flo qui nous a montré son côté autoritaire héhé… ou encore Quentin qui s’est fait mordre par un autre garçon aux jeux pour enfants :()

Tout le monde arrive petit à petit, s’installe tranquillement sur l’herbe… on fait connaissance, on retrouve les personnes que l’on connaît déjà… et ça papotte, ça papotte…:

Et on fait connaissance...

Quelques portraits (cliquez sur la vignette pour agrandir la photo), malheureusement je n’ai pas tout le monde, sniff :

Merci à tous d’avoir fait le déplacement, d’être venu partagé un peu de votre temps et surtout de votre sympathie avec nous… En vrac dans le desordre (désolée j’ai oublié pleins de prénoms, n’hésitez pas à faire vos réclamation par mail ou en commentaire, je modifierai ainsi la récap): Hervé et son épouse Christine ainsi que leurs adorables petitous Quentin & Emma, Monique & Michel, Anne, Flo & Benoît, Chantal & Xavier, Céline et son mari (désolée j’ai peur d’écorcher l’orthographe donc si tu peux m’aider lol); Camille & Wilfrid, Anne-Cé Rufin & Clémence, Valérie Raymond Vitali & Marie, Fanny, Claire, ma mamounette qui a abattu un travail de titan avec le desossage et la découpe du poulet, mon homme qui m’encourage à organiser ce genre de choses et qui me suis sans rien dire -ou presque-. J’ai vu des couples heureux, amoureux et collés l’un à l’autre (ouuuuf nous ne sommes pas des extra-terrestres, yessss), des enfants tétouilleurs mignons comme tout portés en écharpe comme des bébés kangourou (là, aucun rapport avec les bébés prématurés, je précise… que ce ne soit pas mal interprété), des enfants plus grands pleins de vie. J’oublie sans doute des gens, mince mince mince !Bref, génial !

Et n’oublions pas, nous étions là pour… MANGER, oui, quand même.

Des cakes, une terrine de courgette, une tartinade végétarienne au tofu (Valérie, j’attends la recette hein, j’achète du tofu demain ;)), j’ai préparé des tori-karaage, des muffins au jambon et au fromage, du pain au pavot, une terrine d’aubergine, une tarte, des sandwiches… pleins de bonnes choses.

Nous avons eu le droit à la délicieuse limonade à la framboise (dis Chantal, il n’y avait pas de violette si ?). Je me suis empressée d’acheter des framboises et de la limonade aujourd’hui, m’en suis pas remise, c’est trop booooon ! (et pourtant, je n’aime pas les bulles. Hein Camille ;)) pour nous desaltérer.

Côté sucré, nous n’étions pas en reste. J’avais passé la soirée (deux heures) à préparer des cupcakes car c’était l’anniversaire de ma Grenouille et trois ans, ça se fête dignement. Elle me réclamait des cupcakes depuis des mois et des mois (bon, elle les voulait au chocolat avec un glaçage à la vanille, tant pis hein). J’en ai fait 34 au total ! Flo nous a régalé avec un gâteau au chocolat et à la courgette (depuis le temps que j’entends parler de ce mélange, j’ai pu me faire mon idée), plusieurs desserts au chocolat, des mini amandines à la framboise de Christine qui étaient à tomber par terre (j’aurais dû m’en mettre de côté), des perles coco fourrées à l’amande accompagnés de carrés de chocolat/nutella/gavotte miam miam, un crumble, un dessert indien à la farine de pois chiche dont j’ai peur d’écorcher le nom, une tarte au fruits, des gâteaux chocolatés à l’écorce d’orange… Bref, nous n’avions plus très faim pour le dîner, qui fut plutôt léger chez nous (je ne sais pas chez vous ?).

Nous nous sommes bien amusés en jouant ensuite à un jeu que je ne connaissais absolument pas: time’s up !! Imaginez six adultes essayant de faire deviner des personnages plus ou moins connus, nationaux ou internationaux, morts ou encore en vie… trop trop drôle ! Ca m’a donné envie de faire une soirée jeux de société (des partants ?) !!! Imaginez comment j’ai mimé Bill Clinton uh !

Merci merci merci, encore & encore. C’était vraiment une très agréable journée 😀

PS: si vous avez participé et que vous avez fait un article sur le pique-nique, écrivez-moi pour me donner le lien, je le publierai ici avec plaisir. Voici déjà quelques compte-rendus :

Tempura de légumes et crevettes accompagnés de leur sauce tentsuyu

Les tempura sont sans doute un des plats japonais les plus connus. Ce sont des beignets de légumes, de crevettes ou même de seiche, très simples à faire.

Ils sont à déguster chaud et rapidement car ils se ramolissent relativement vite. Si quelqu’un(e) a d’ailleurs une solution pour les garder croustillants jusqu’a dégustation, je suis preneuse. Car hormis faire petit à petit en gardant la pâte au frais en attendant, je ne vois pas… et je trouve cela relativement fastidieux.

J’avais déjà fait des tempuras auparavant, mais avec de la farine de blé ordinaire. Cette fois, j’ai fait ma pâte à beignet à partir de farine spéciale tempura (click pour aller directement sur la fiche du produit). Qu’a-t-elle de différent ? Elle est composée de farine de blé+fécule de maïs+levure. Et croyez-moi nous avons bien senti la différence: nos tempura étaient beaucoup plus légers et plus goûteux.

Je l’ai prise chez Kioko, où elle est vendue à 2€90 la boîte. D’ailleurs j’ai une grande nouvelle, KIOKO PROPOSE LES FRAIS DE LIVRAISON À 50% POUR TOUT LE MOIS D’AOÛT, vous avez encore dix jours pour en profiter alors vous n’avez plus d’excuses ! C’est très bien emballé et l’expédition est rapide, si vous me faites confiance, faites-leur confiance 😉

Ce que j’aime aussi, c’est que l’on peut faire avec n’importe quel légume qui tient bien la friture, mais aussi avec des crevettes… et j’adoooooooooooooore les tempura de crevettes !

Pour la liste des légumes, je vous mets les quantités et ceux que j’ai utilisés, mais cela varie des différentes sortes de légumes que vous désirez évidemment. Vous pouvez utiliser également des pommes de terre et de l’aubergine par exemple.

En petite quantité, cela peut très bien constituer une entrée. Ici, nous le mangeons en plat principal, généralement accompagné d’une bonne salade de concombre et d’une sauce tentsuyu. Cette sauce est très savoureuse et n’est pas sans rappeler la sauce de base des donburi et de l’agedashi-dofu (recette à venir)

Tempura variés

Tempura variés

La recette de la sauce que j’ai faite était tout simplement sur le paquet de farine à tempura… que demander de plus ??

Ingrédients:

  • 1 verre de farine à tempura
  • 1 verre d’eau bien froide
  • 1 oeuf
  • 1 oignon de taille moyenne
  • ½ patate douce
  • 4 champignons de Paris assez gros (mais pas autant que ceux à farcir)
  • ½ piment doux (les longs)
  • 10 crevettes roses cuites
  • 1 dose* de mirin
  • 1 dose de sauce soja japonaise
  • 4 doses de dashi
  • Huile pour friture

Commencer par préparer la pâte: dans un saladier, battez l’oeuf avec l’eau froide (il est important qu’elle soit vraiment froide).
Ajoutez ensuite la farine.
Mélangez à l’aide d’une fourchette mais pas trop car la pâte ne doit pas être homogène sous peine de s’alourdir.
Réservez au frais.

Préparez ensuite la sauce tentsuyu: Dans une casserole, mélangez le dashi avec la sauce soja et le mirin.
Portez à ébullition puis transvasez dans un autre récipient.
Laissez refroidir.

Sauce Tentsuyu

Sauce Tentsuyu

Epluchez les légumes. Coupez l’oignon et le piment doux en rondelles pas trop fines ni trop épaisses (environ 5mm je dirais, à vue d’oeil).
Coupez la patate douce en deux dans le sens de la longueur, puis en tranches également.
Coupez les champignons en 4 après avoir enlevé le pied.
Réservez sans les mélanger tous ensemble.

Epluchez les crevettes, ôtez la grosse veine noire située sur le dos et faites quelques entailles tout le long du corps.

Mettez l’huile de friture à chauffer à 170°C. Pour vérifier si elle est suffisamment chose, faites tomber délicatement un peu de pâte dedans, si elle remonte rapidement à la surface c’est bon.

Faites chaque légume un par un. Trempez les tranches dans la pâte qui doit bien les enrober puis faites frire jusqu’à ce que cela prenne une jolie couleur dorée. Sortez-les ensuite et déposez-les sur du papier absorbant afin de les ôter du surplus de gras.

Mangez vite vite vite, même si ça brûle un peu les doigts 😉

Piqûre de rappel: j-6 avant le pique-nique toulousain !

Dans 6 jours aura lieu le pique-nique des bloggueurs culinaires de Toulouse et sa région. Evidemment, si vous êtes d’un peu plus loin mais que vous êtes dans les parages, vous êtes également bienvenus !

Petit rappel:

Date: 24 Août 2008

Heure: à partir de 12h00

Lieu: la Prairie des Filtres, à Toulouse. Nous nous installerons près de l’entrée proche du Pont Neuf, non loin des jeux pour enfants.

On emmène quoi ?: un ou deux plats, sucrés et/ou salés à votre convenance. N’oubliez pas vos couverts et assiettes, un sac pour jeter nos déchets car nous ne sommes pas des pollueurs 😉 Chacun peut aussi amener à boire. Le but est de partager, chacun se servira dans les plats de tout le monde afin de goûter et découvrir. Mais ne vous prenez pas la tête, ce n’est pas un concours gastronomique hein.
N’oubliez pas si vous le désirez de quoi poser vos fesses (genre belle nappe vichy, vous voyez ?).

Et puis pourquoi pas, si vous voulez, apporter votre instrument de musique (guitare, etc… bon, zappez tout de même le piano à queue de tata georgette uh) et nous en faire profiter. Et pourquoi pas aussi des jeux d’extérieur (un ballon, des raquettes…).

Allez, venez, ce sera vachement chouette 😀
Le parc est magnifique (nous y avons été en repérage hier, car les autres Violettes connaissaient mais moi pas du tout du tout), ce sera l’occasion de faire des rencontres, de manger des plats exquis, de rigoler, de papoter… VIENDEZ LES GENS ! Pas besoin d’être bloggueur, même si vous ne faites « que » nous lire, ou que vous blogguer mais que votre domaine de prédilection n’a rien à voir avec la cuisine: chacun est le bienvenue avec sa bonne humeur (et sa moitié, sa progéniture, ses aïeux…) !

Alors, on fait un petit recensement en commentaire ?

A bas les mites alimentaires !!!!!!!! Comment en débarrasser ses placards…

Il y a quelques mois, nous avons eu le bonheur de découvrir que de moches petits papillons volaient dans notre cuisine. Au départ, lorsque j’en ai fait part à Hubby, il me dit que cela doit être des papillons de nuit, rien de mal. Une, puis deux, puis trois… toute une famille dans ma cuisine !

Puis, le hasard faisant parfois vraiment bien les choses, je suis tombée sur un article de Lulu sur sa chasse aux mites alimentaires et là, j’ai immédiatement reconnue la bestiole de ma cuisine: horreur, nous sommes envahi par les mites alimentaires.

Elles sont vicieuses car elles peuvent percer les sachets plastiques pour s’introduire dans les aliments.

Les mites se développent à la chaleur, donc à partir du mois d’avril-mai. Il ne faut pas la confondre avec sa parente mite des vêtements.

Elles aiment particulièrement: la farine, le sucre, le chocolat, les céréales (avoine, blé etc), le riz, les pâtes, les fruits secs… Elle aime aussi particulièrement les aliments pour animaux.

Alors quelques trucs pour se débarrasser de ses bêbêtes plus qu’indésirables:

  • Jeter tous les aliments qui se trouvent dans un sac entamé non fermé. Ca fait mal au coeur de mettre à la poubelle, mais il vaut mieux prévenir que guérir, car on ne voit pas les oeufs. Même ce qui ne semble pas infecté peut potentiellement l’être !
  • Ouvrez toutes vos boîtes, nettoyez avec du vinaigre blanc (vous pouvez y ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de tea tree pour désinfecter encore plus) ou un spray de javel. Nettoyez ainsi le placard, l’extérieur des boîtes… N’oubliez pas les coins et recoins.
  • Lorsque vous achetez un produit comme la farine, le chocolat, le sucre, les céréales (toutes les céréales), mettez les dans un contenant hermétique type bocaux en verre qui se ferment parfaitement bien, ou boîte en plastique qui se ferment très bien aussi. Congeler pendant au minimum 24h (oui, la farine aussi peut se congeler) pour tuer les éventuels oeufs.
  • Vous pouvez mettre une feuille de laurier, fraîche, dans chaque bocal. Les mites n’aiment pas ça.
  • On peut également mettre quelques gouttes d’huile essentielle de lavande (ou de la lavande fraîche) sur du coton à démaquiller et hop dans le placard.
  • Il existe des pièges spéciaux conçus pour les mites alimentaires: c’est une plaque imbibée de phéromones; ainsi les mâles sont attirés, viennent se coller dessus et ne peuvent plus repartir car la glue est très forte (ahhhh l’appel de l’amûûûûr !). Les mâles finissent par mourir dessus (oui, c’est cruel, car ils agonisent) et les femelles ne peuvent donc plus être fécondées. Par contre, moi ça me dégoûte de voir toutes ces bestioles sur la porte de mon placard, mais ça a réduit considérablement la populasse, donc…. (je ne vous montrerai pas ce que ça donne en vrai, je vous laisse imaginer). La plaque dure six semaines maximum. On en trouve en supermarché et apparemment en magasin bio également.

Je ne crois pas oublier quelque chose, mais c’est cependant tout à fait possible car je ne pense pas avoir fait le tour de la question !

Alors je dis: A bas les mites alimentaires !!!!!!! Et bon courage si vous aussi vous devez lutter… 🙁

Poulet au miso pour petite salade sans prise de tête

Je ne loupe jamais un article de Maki, des blogs Just Hungry et Just Bento… jamais. Et je bookmarke énormément de ses recettes.

Ce sont des recettes japonaises, évidemment vous l’auriez deviné sans que je ne vous le dise j’en suis certaine.

Depuis quelques temps, elle nous proposait surtout des recettes à base de poulet, et à venir comment les accomoder dans les bento. Yeaaaaaaaaaaaah !

J’ai craqué pour sa recette simplissime de poulet au miso (味噌, à prononcer « misso »). Le miso est une pâte de soja fermentée (d’ailleurs, du coup, je me demande si ça ne contient pas du gluten… et si je pourrais faire une recette avec du miso à mon amie intolérente. Mais il me semble que comme pour la sauce soja, le ferment peut être du riz et donc sans gluten).
Il existe plusieurs miso, selon le stade de fermentation: plus il est foncé, plus il est fermenté (et donc son goût est plus prononcé et il est également plus salé). Personnellement, j’utilise essentiellement du miso rouge.

Il se conserve parfaitement dans une boîte hermétique au réfrigérateur.

Il ne sert pas uniquement à la préparation de la soupe emblématique du même nom. On peut s’en servir dans les marinades par exemple, ou encore dans les vinaigrettes ou comme assaisonnement.

Je ne sais pas si cela vous arrive, mais parfois mon cerveau se met comme en pause lorsque je cuisine et mes mains agissent par automatisme. C’est ce qui s’est passé en faisant cette recette: machinalement, je sors du placard ma bouteille de saké, ma bouteille de sauce soja et du frigo ma boîte de miso.

J’avais juste retenu les proportions de tête: 1 cuiller à soupe, 1 cuiller à soupe, ½ cuiller à café. Et j’avais intégré inconsciemment « sauce soja, miso, saké, sucre brun »… alors que c’était « miso, saké, sucre brun » oops ! Et évidemment, lorsque je m’en suis rendue compte c’était trop tard hein, la sauce soja et le sucre étaient déjà mariés dans mon bol !

Allez, pas grave, ce sera bon quand même.

J’ai fait une salade rapide pour aller avec: iceberg, tomate et maïs avec une vinaigrette à l’huile d’olive et au vinaigre balsamique. Mais vous pouvez très bien faire des légumes sautés et du riz par exemple.

Poulet au Miso

Poulet au Miso

Ingrédients pour deux personnes:

  • 2 escalopes de poulet (ou 2 cuisses desossées et sans peau)
  • 2 cuillers à soupe de saké (ou de sherry doux)
  • 2 cuillers à soupe de miso
  • 2 cuillers à soupe de sauce soja (facultatif)
  • 1 cuiller à café de sucre roux

Dans un saladier ou un grand bol, mélangez le miso et le sucre, puis ajoutez petit à petit les liquides. Mélangez bien jusqu’à ce que le miso soit totalement dissout.

Détaillez le poulet en morceaux de la taille d’une bouchée, ajoutez-le à la sauce. Malaxez bien (avec vos mains c’est mieux) afin que le poulet soit intégralement enrobé de marinade.

Faites mariner au frais durant au moins 15mn, l’idéal étant que cela soit une demie journée.

Dans une poêle ou un grill (j’utilise ma poêle grille Ikéa), faites chauffez un peu d’huile (juste suffisamment pour que le poulet n’attache pas).

Ensuite, faites cuire les morceaux de poulet de chaque côté, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés, et caramélisés.

Salade de poulet au miso

Salade de poulet au miso

Je me dépêche de vous publier cette note, car j’ai rendez-vous pour déjeuner avec Enflammée qui nous emmène manger dans un restaurant japonais surprise… et il faut que je sorte mes plus belles chaussettes paraît-il :D….

Bon Appétit !

Crumble feuilleté de légumes et Comté

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais lorsque nous allons chez notre ami Suédois qui vend ses meubles en kit, soit nous faisons le plus vite possible en sachant exactement ce que nous venons chercher et évitons soigneusement tous les autres rayons afin de ne pas être happés par le Démon de la Tentation; soit au contraire nous y allons en soirée (vive les soirs de nocturne) et en profitons pour manger au restaurant Ikéa.

Outre les boulettes suédoises devenues incontournables, les menus enfants sont fait exclusivement avec des produits bios. En plus, ils proposent souvent d’autres plats relativement bons. La première fois, j’avais pris des cannelloni ricotta épinard à la sauce tomate, délicieux ! Je me rends compte en vous écrivant cela que je me dirige inconsciemment vers leurs plats dits « végétariens »…. car la dernière fois, j’ai pris un excellent crumble de tomate. Et c’est alors que j’ai eu cette idée pour notre dîner. Effectivement, les tomates sont sur une très fine pâte feuilletée et recouvertes de pâte à crumble et dés de fromage de chèvre. Le tout se marie vraiment très bien, et j’avais envie de la même chose à la maison…

J’ai juste remplacé les tomates par un mélange de poivrons et de courgettes, et le fromage de chèvre par des dés de Comté.

C’était délicieux! A refaire absolument. Par contre, la difficulté a fait son apparition au moment du service. Je pense qu’il est préférable de faire des crumbles individuels, qui feraient une très bonne entrée par exemple.

Ingrédients:

  • 3 courgettes
  • 2 poivrons (un rouge et un jaune si possible)
  • 1 grosse gousse d’ail
  • Huile d’olive
  • 1 rouleau de pâte feuilletée pure beurre
  • 100g de farine
  • 50g de beurre
  • Origan
  • Comté
  • Sel & Poivre

Préchauffez votre four thermostat 7 (210°C).

Epluchez et détaillez en dés les courgettes et les poivrons.

Chauffez un peu d’huile d’olive dans une poêle avant d’y ajouter les légumes. Mélangez bien, puis laissez cuire environ 15 minutes à couvert, en n’oubliant pas de remuer régulièrement.

Epluchez la gousse d’ail, enlevez le germe et pressez-la sur les légumes lorsque ceux-ci sont tendres. Laissez de nouveau sur le feu pour 5 minutes.

Pendant ce temps, mettez la pâte feuilletée dans un plat à tarte. Faites remonter sur les bords, mais ça ne doit pas faire comme une tarte, donc coupez la pâte en n’en laissant qu’un peu sur les bords (environ 0,5cm).

Lorsque les légumes sont cuits, laissez-les tiédir avant de les répartir sur la pâte feuilletée.

Préparer la pâte à crumble en mélangeant du bout des doigts le beurre avec la farine et l’origan. Cela doit former une pâte sableuse.

Répartissez-la sur les légumes, puis disposez les dés de Comté sur toute la surface.

Enfournez jusqu’à ce que la pâte soit cuite et le crumble bien doré.

Avec une salade de tomate, c’est délicieux 🙂

PS: je m’excuse de ma non-assiduité des derniers temps, mais je bosse à la traduction en anglais de mes articles et c’est énormément de boulot car il faut que je convertisse toutes les mesures… C’est fastidieux mais je suis certaine que ça en vaut la peine. J’espère que vous m’excuserez 😉

Mac’n’Cheese, gratin de macaroni au fromage, ou comment avoir les USA dans son assiette par un jour de pluie. J-17

Il y a peu de temps, j’ai craqué pour deux livres des éditions Tana. Vous savez, ces livres au format carré, assez épais, dont la tranche est très coloré et les tritres franchements humoristiques. Vous situez ?

Donc comme je vous disais, j’ai craqué pour deux livres de cette superbe collection: Les baguettes magiques d’une Chinoise de Lyon de Gabrielle Keng-Peralta et Le Petit guide d’initiation de cuisine US (pour savoir ce que l’Amérique a dans le ventre) de Framboiz.

D’ailleurs, vous trouverez tous les livres de cette collection dans ma boutique Amazon… le lien est dans la colonne de droite.

J’ai bien rit en le parcourant et vous le recommande plus que chaudement si vous voulez en savoir un peu plus sur la cuisine états-unisienne (et oui, l’Amérique ne se résume pas aux Etats-Unis mes chers amis).

Macaroni au fromage

Macaroni au fromage

Cette recette peut être réalisée avec des coquillettes. C’est d’ailleurs cet ingrédient qui est utilisé dans le livre. Mais pour moi, Mac’n’Cheese, ce sont des Macaroni and cheese, donc pas des coquillettes (oui, je l’avoue, pour certaines choses je suis assez puriste en cuisine malgré les apparences). Maintenant, il est possible de trouver des macaroni dans tous les supermarchés il me semble, donc cela ne devrait pas être un problème.

Cela m’arrive presque systématiquement d’aromatiser ma sauce béchamel, mais jamais autant. Dans la recette, la béchamel contient également du piment en poudre et de la moutard, ainsi que de l’ail. Cela parfume délicatement le tout, et à mon sens cela fait aussi toute la différence au niveau gustatif.

Vous noterez qu’il y a beaucoup de fromage. Vraiment beaucoup. Je n’ai pas trouvé les cheddars demandés, j’ai donc substitué par autre chose: du gouda et du cheddar déjà tranché que j’ai juste coupé en « cubes »

J’ai divisé les quantités astronomiques par deux, et ça faisait encore beaucoup… Nous en avons mangé pendant plusieurs repas.

Ingrédients pour 3 personnes (approximation):

  • 250g de macaroni (à défaut, des coquillettes)
  • 50g de beurre + 2 cuillers à soupe
  • 50g de chapelure
  • 50g de farine
  • 425ml de lait
  • 175ml de bouillon de légumes
  • 1 cuiller à café de moutarde
  • ½ cuiller à café de piment d’Espelette
  • 1 grosse gousse d’ail
  • 100g de cheddar vieux ou mimolette râpé
  • 100g de de gruyère ou cheddar blanc râpé
  • Sel & Poivre

Préchauffez votre four à 200°C.

Faites fondre 2 cuillers à soupe de beurre puis le mélanger avec la chapelure.
Réservez.

Cuire les macaroni dans un grand volume d’eau salée, ils doivent être al dente (ils continueront de cuire au four).
Egouttez-les, puis réservez.

Faites fondre dans une casserole le reste du beurre. Lorsqu’il est fondu, ajoutez la gousse d’ail épluchée, dégermée et écrasée, la moutarde et le piment. Brassez bien.

Ajoutez ensuite la farine, remuez et faites cuire jusqu’à ce que le roux soit bien doré.

Ajoutez doucement le lait et le bouillon en remuant sans arrêt jusqu’à ce que le tout épaississe.

Hors du feu, ajoutez les fromages râpés et mélangez jusqu’à ce qu’ils soient intégralement fondus.
Assaisonnez avec le sel et le poivre au goût si vous le désirez puis ajoutez les macaroni cuits. Mélangez bien le tout.

Transvasez dans un plat à gratin puis recouvrez de la chapelure au beurre.

Faites cuire au four pendant une trentaine de minutes, en prenant soin d’aller surveiller très régulièrement car la chepelure risque de griller rapidement.

A déguster sans tarder !

PS: n’oubliez pas que dans 17 jours tous ronds aura lieu le premier grand pique-nique toulousain des blogueurs !!!! Alors, joignez-vous à nous si vous êtes dans les parages, ne soyez pas timides !!

Guimauve, vous m’avez dit guimauve ? n’hésitez plus: la recette est facile !

Vraiment, je ne sais pas vous mais moi il m’arrive parfois d’avoir envie de tester des choses qui me semblent depuis longtemps hors de ma portée.

Il est de ces préparations culinaires qui semblent… inaccessibles au commun des mortels comme moi. C’était le cas de la guimauve.

Je ne suis pas fan des marshmallows, enfin si mais piqué sur une brochette et grillés dans un feu de bois… hmmm ça fond, ça brûle, c’est crop crop bon d’en avoir pleins la bouche !

Mais lorsque j’ai vu la recette sur le site des éditions Leçons de cuisine, gracieusement offerte sur le blog au mois de mai dernier, je l’ai enregistrée en me disant « on ne sait jamais… on peut toujours essayer ». Puis j’avais oublié. Finalement, hier soir je me suis laissée tenter et je l’ai glissé dans mon panier avec une autre Leçon de cuisine (macaroooooooooooons).

La recette est simple, rapide (si on ne tient pas compte des 2 petites heures de séchage avant dégustation possible) et vraiment ça a démystifié la guimauve dans mon coeur ! Puis ça goûte vraiment bon, comme la « vraie » guimauve… mais que dis-je, c’est ça, la vraie guimauve ! Avec de bons produits que je sais ce qu’il y a dedans. Grenouille n’aime pas trop mais alors sa petite soeur en raffole 😀

Alors lorsque j’ai regardé dans mes tablettes en recherche de quelque chose de sucré, d’original à envoyer pour mon Swap, je me suis mise au défi de réussir à faire cette guimauve qui, ma foi, ne me semblait finalement pas si compliquée !

Dans la recette originale, ils forment la guimauve en deux façons: des bâtonnets noués et des carrés. Je n’ai fait que les carrés car pas le courage de sortir ma poche à douille. Je vous invite donc à aller voir la recette sur le blog de CookBoutic (cliquez pour télécharger le pdf gracieusement offert).

Heureusement j’ai la thermosonde Ikéa offerte par Mamounette et par je ne sais quel miracle j’ai réussi à le règler à la bonne température. Oui, que je vous raconte ! En fait, la thermosonde Ikéa (moins de 8€ il me semble !) fait minuteur en plus, et il est possible de la programmer à une certaine température pour qu’elle sonne lorsque celle-ci est atteinte c’est génial hein ?! Sauf quand ça se met à sonner dès que ça arrive à 100°C et qu’on ne sait pas comment l’arrêter… c’était mon cas (ne rigole pas toi là, devant ton écran, je te vois!).

Si quelqu’un sait par combien d’agar agar en poudre je peux remplacer la gélatine, ce serait super gentil (suis pas au point avec cet ingrédient) 🙂

Guimauve

Guimauve

Bon, il fait très très chaud ici depuis quelques semaines et même au frais, ma guimauve n’a pas trop apprécié. Donc la photo ne lui rend pas justice et je m’en excuse.

Ingrédients:

  • 250g de sucre
  • 8cl d’eau
  • 6 feuilles de gélatine (12g)
  • 1 gousse de vanille
  • 90g de blancs d’oeufs (environ 3 oeufs)
  • 5g d’arôme liquide de vanille
  • 50g de sucre glace
  • 40g d’amidon (Maïzena)

Préparons la guimauve:

Mettez le sucre et l’eau dans une casserole.
Faites chauffer à feu moyen jusqu’à ce qu’il y ait une petite ébullition.
Laissez cuire et surveillez la montée de température jusque 130°C avec un thermomètre de cuisine.

Pendant ce temps, mettez la gélatine à tremper dans un bol d’eau froide.

Aplatissez la gousse de vanille, fendez-la en deux et grattez afin de récupérer les graines qui sont à l’intérieur. Réservez.

Faites ensuite mousser les blancs d’oeufs à l’aide d’un batteur électrique. Attention car ils ne doivent pas être montés en neige, juste être mousseux.

Egouttez la gélatine et essorez-la bien. Laissez-la à porter de main avec les autres ingrédients.

Lorsque le sirop atteint 130°C, sortez-le du feu.
Versez-le sur les blancs d’oeufs mousseux en continuant de fouetter avec le batteur. Puis ajouter les graines de vanille, puis la gélatine, puis enfin l’arôme de vanille (le tout en continuant bien de fouetter).

Préparons maintenant l’enrobage en mélangeant ensemble la fécule et le sucre glace dans un bol. Tamisez-le bien car il doit être assez fin.

Recouvrez une plaque de papier sulfurisé. Posez un carré ou un rectangle en inox dessus. Poudrez-en le fond avec l’enrobage.

Versez dessus la pâte, remplissez bien à rabord puis lissez la surface. Poudrez-la avec de l’enrobage (cependant, point trop n’en faut) puis laissez prendre pendant 2 heures à température ambiante.

Pour le démoulage, trempez un couteau dans de l’eau. Passez la lame entre la guimauve et le carré en inox, doucement. Maintenez la guimauve avec une main pendant que de l’autre vous retirez le carré.

Coupez en deux au milieu, (pensez à humidifier régulièrement la lame du couteau) puis recoupez chaque moitié en deux. Tournez la plaque afin de reprocéder de la même façon pour obtenir des cubes (personnellement j’ai fait des triangles).

Trempez les cubes dans l’enrobage afin qu’ils en soient recouverts puis ôtez l’excédent du bout des doigts: that’s it !!

Les guimauves se conservent bien une semaine dans une boîte hermétique, recouverte avec l’enrobage (il suffira de les tapoter au moment de déguster pour enlever le surplus). Par contre je le répète: la présence sur sucre glace fait qu’à la chaleur, ça fond… attention donc si vous ne voulez pas que cela devienne complètement poisseux.

Alors, je vous avais bien dit que c’était simple, vous me croyez maintenant ?