[Avec vidéo] Pudding de croissants au caramel et au chocolat à partager entre amis…

… pour un anniversaire réussi !

Samedi dernier je fêtais mon anniversaire… 23 printemps. J’ai l’impression que je célébrais ma majorité et quittais le cocon maternel hier, mais non, c’est déjà loin maintenant !

Habituellement (vous le savez sans doute si vous me lisez régulièrement depuis plusieurs années maintenant), je fête mon anniversaire autour d’un repas en famille (Mamounette, Cheridoo, ma belle-famille, et selon les disponibilités de chacun ma tatie et mon tonton ainsi que ma marraine et sa tribu). Cette année, impossible de remonter dans l’Ouest et j’avais tout de même envie de marquer cet anniversaire qui est le dernier en France.

Alors je l’ai fait en deux temps: vendredi soir avec un couple d’amis récents (ils étaient présents au pique-nique des Violettes), et dimanche midi avec d’autres amis.

Pour le repas d’hier midi, le ton était… JAPON !!! Mais pas intégralement. Je m’explique: le problème que nous rencontrons est que nous avons une table à manger rikikiki, vraiment. Impossible de faire tenir 6 adultes dessus, sans compter les enfants 😉 Donc j’ai décidé de faire plusieurs plats que l’on peut picorer, mais un vrai dessert cependant. C’est là que j’en viens pour la recette du jour…

Comme beaucoup beaucoup de monde, j’adore Dorian et ses récits. La semaine dernière, il nous racontait comment il était tombé amoureux de Nigella (ahlala, même moi elle m’a séduite en ouvrant la porte de son frigo, cette lueur pour unique lumière… mais des fois je me dis « quand même, on se fait un peu avoir, c’est forcément mis en scène, y’a pas une caméra dans sa cuisine toute la nuit au cas où 😉 mais bon, chuuuuut). Suite à cette mise à nue, il nous livre une recette de Pudding de croissants perdus au caramel. Des lumières ont commencé à scintiller dans mes yeux: miam miam yummy ! Puis c’est parti dans un coin relativement reculé de mon esprit.

Je ne sais pas vous, mais chez nous les petits-déjeuners de fin de semaine se composent de viennoiseries. C’est le seul moment où nous sommes tous les quatre attablés en même temps le matin, Chéridoo s’habille vite fait au saut du lit pour aller nous acheter tout ça. Samedi, il avait acheté 10 croissants, pensant que cette fois il n’aurait pas besoin de se lever le dimanche matin. 10 !!! il est fou des fois 😉 Evidemment, c’est quand il y en a suffisamment que nos Trollettes rechignent et n’en veulent pas (ce n’est pas drôle sinon) ! Alors que je ne savais toujours pas quoi préparer pour mon dessert d’anniversaire, j’ai pensé à ce grand nombre de croissants qui restait: 6. Et là, la petite case dans laquelle reposait l’idée du pudding de croissants s’est ouverte: je l’avais, finalement, mon dessert !!!!

Mon GROS problème… c’est le caramel 🙁 2 fois sur 3 ça ne fonctionne pas. Cette fois, je ne sais pas pourquoi le sucre n’a jamais voulu colorer et se cristallisait très rapidement, alors je rajoutais un chouille d’eau etc mais rien à faire. Alors j’ai triché, et j’ai utilisé de la sauce caramel toute prête, j’ai honte mais c’était terriblement bon malgré tout ! J’ai également zappé la vanille…

Au dernier moment, à la sortie du four, j’ai eu envie de râper du chocolat dessus, et de le voir fondre immédiatement au contact du pudding.

Ingrédients:

  • 6 croissants rassis de la veille
  • 100g de sucre + 2 cuillers à soupe d’eau 110g de sauce au caramel liquide
  • 15cl de crème liquide entière
  • 15cl de lait
  • 2 oeufs
  • 2 carrés de chocolat corsé bien froid (mettez au frigo un peu avant)

Préchauffez votre four à 180°C.

Déchirez grossièrement les croissants et disposez les morceaux dans un plat à gratin. Réservez.

Faites chauffer une casserole à feu moyen. Ajoutez le caramel, laissez 1-2 minutes avant d’ajoutez la crème liquide. Mélangez bien, puis ajoutez le lait. Brassez afin d’obtenir un mélange homogène.

Hors du feu, ajoutez les oeufs en fouettant bien entre chaque ajout.

Versez la préparation sur les croissants puis enfournez pour 20minutes.

A la sortie du four, râpez sur le pudding les 2 carrés de chocolat noir afin de tout recouvrir (j’ai utilisé ma râpe magique: la microplane. Du coup, j’ai eu une espèce de poudre de chocolat tellement c’était fin… divin !).

A manger à plusieurs, en piochant tous dans le plat à la grosse cuiller 😀 C’est ça aussi, l’amitié. Angélique, Mag, Manu, Guillaume (malheureusement Titi n’était pas là: tant pis pour lui hihi): merci encore d’être venus !!

Edit du 2 Octobre 2008: Depuis que je me suis mise à la création d' »oeuvres » en mixed media, je passe un peu de temps sur YouTube, chose que je ne faisais jamais auparavant. Je suis ainsi tombée un peu par hasard sur la video de l’épisode où Nigella prépare le Caramel Croissant Pudding… j’espère avoir le droit de la mettre ici. C’est en VO cependant… mais vous verrez: suite à ça, vous ne pourrez pas ne pas aimer Nigella 😀

Croissant pudding with caramel and chocolate, to share with dearest friends

Currently being translated

I recently celebrated my 23th birthday, yaaaaaaaaay ! It seems like I celebrated my majority with my family and quitted mummy’s nest yesterday, but no, it’s far away now !

French bloggers and blog-readers know Dorian and its culinary stories. Last week, it told us how he fell in love with Nigella (I must confess, even if I’m a chica, I also fell in love when I saw her opening her fridges’s door in the darkness of her kitchen (of course, sometimes I think « so, they think we’re fools because I don’t think they film her during the night… but I want to believe it, shhhhhh hhhhhuuush). After telling us that, he gives us a wonderful recipe: croissant pudding with some caramel.

My big issue is the caramel … : ( 2 times for 3 it does not work. This time, I do not know why the sugar never wanted to color and it crystallized very quickly, so I chouilla adding water etc but nothing to do, it didn’t work ! So I cheated, and I used ready caramel sauce, I was terribly ashamed but it tasted good anyway! I also omitted to use vanilla …

At the last moment, when I

Ingredients:

  • 6 croissants

Bouchées de poulet au vinaigre balsamique et au pavot

Je ne sais plus comment j’ai découvert l’existence des blogs de Maki(ko), Just Hungry et Just Bento.

Elle est pour moi LA référence des blogs niveau cuisine japonaise. Dès que je cherche une recette japonaise, je suis presque certaine de la trouver sur l’un de ses blogs 😉

Il y a peu de temps, elle nous a publié un « dossier » de recettes à base de poulet. Autant vous dire que j’étais aux anges car le poulet est une des seules viandes que nous mangeons à la maison.

La première qui m’a fait de l’oeil sont ces bouchées de poulet marinées dans du vinaigre balsamique et de la sauce soja, avant d’être recouvertes de sésame puis d’être cuites. Je me suis empressée d’essayer !

Comme vous le voyez dans le titre de cette note… c’est du pavot que j’ai utilisé. Ben oui, j’étais persuadée d’avoir encore du sésame dans mon placard… mais il a probablement dû finir à la poubelle avec d’autres épices et condiments lors du grand ménage anti-mites alimentaires 🙁

Pas grave, avec le pavot c’était délicieux, même si moins esthétique.

La viande est extrêmement tendre… nous en avions laissé pour que notre Grenouille puisse y goûter le soir (elle mange à la cantine et n’est donc pas avec nous au déjeuner). Mais je peux vous dire qu’il y a un Hubby qui en prenait un morceau, puis un autre, et encore un autre… avant que je ne lui enlève l’assiette des mains pour qu’il en laisse à sa fifille 😉

Nous avons mangé cela avec des petits pois, comme vous pouvez le voir sur les photos, mais c’est un plat qui irait parfaitement dans votre bento ou votre lunch box avec ce que vous voulez comme accompagnement (un peu de riz et beaucoup de légumes, pour que ce soit équilibré). Si vous les mettez dans votre boîte repas, attendez qu’ils soient tièdes cependant.

Ingrédients:

  • 2 belles escalopes de poulet
  • 1 cuiller à soupe de vinaigre balsamique
  • 1 cuiller à soupe de sauce soja japonaise
  • Graines de pavot (il en faut pas mal)
  • Huile

Coupez le poulet en cubes (dégraissez si nécessaire).

Mettez-les dans un bol ou une boîte hermétique. Ajoutez le vinaigre balsamique ainsi que la sauce soja. Mélangez bien puis laissez mariner pendant au moins une dizaine de minutes.

Chauffez une poêle anti-adhésive à feu moyen. Pendant ce temps, égouttez les morceaux de poulet, et couvrez-les de pavot sur un côté (afin que le goût du pavot ne couvre pas les autres saveurs).

Lorsque la poêle est chaude, ajoutez un peu d’huile (j’utilise mon spray) puis faites cuire le poulet d’un côté, puis de l’autre. Cela devrait vous prendre au total une dizaine de minutes.

PS: comme vous l’avez peut-être remarqué, j’ai eu un souci avec MyBlogLog… mon compte a disparu je ne sais pourquoi, je ne sais comment… j’ai donc été obligée d’en recréer un nouveau et de repartir à zéro. N’hésitez donc pas à rejoindre à nouveau ma « communauté ».

Balsamic and poppy seeds chicken

I don’t remember how I knew Maki(ko) blogs, Just Hungry and Just Bento.

For me, she is THE reference of japanese cooking in the blog world. Everytime I’m searching for a japanese recipe, I’m almost sure I’ll find it in one of her blog 😉

Not so far ago, she published a collection of chicken-based recipes. I was so happy !! Because chicken is propably the meat we often eat at home.

The first recipe I fell in love with is the Balsamic sesame chicken.

As you can read it on the title of this post, I used poppy seeds instead of sesame. In fact, I was certain to have some sesame in my pantry… but I may have trashed them with other stuff when we make some cleaning in order to exterminate food-moth 🙁

That’s not important, it was delicious with it, even if it’s less beautiful to see.

The meat is extremely tender… we didn’t eat everything because I wanted my Grenouille (my older daughter) to taste it for dinner (she eats at school, so she’s not with us for lunch). But I can tell you that Hubby picked a piece, and then an other and so on… until I retire the plat of the table whereas he would have eaten all the chicken !

We ate it with green peas, but this dish would fill your bento box/lunch box perfectly, with whatever you want as a side dish (a carb and a lot of vegetables, in order to be balanced). If you put them in a box, let them cool before to do so.

Ingredients:

  • 2 medium-large chicken thights
  • 1 Tbs balsamic vinegar
  • 1 Tbs (japanese) soy sauce
  • Poppy seeds
  • Cooking oil

Cut the chicken into bite pieces.
Combine it with balsamic vinegar and soy sauce in a bowl.
Stir it well, and let marinate for at least 10 minutes.

Heat a non-stick frying pan over medium-high heat. Add a little amount of oil (I use a cooking spray, it’s very useful !).

Drain off the meat, and coat one side with the poppy seeds (if you coat all the chicken, the taste of poppy seeds will cover the others flavours).

Pan fry for about 5 minutes, then turn over and cook for 5 others minutes.

Le rêve devient réalité… notre projet d’immigration se concrétise.

Aujourd’hui, point de cuisine. J’espère que vous ne m’en voudrez pas 🙂

Vous l’avez sans doute remarqué, mais je me fais un peu moins présente ici, c’est contre ma volonté mais je suis occupée ailleurs… En effet, notre procédure d’immigration est enfin terminée, nous attendons que l’Ambassade nous renvoie nos passeports avec le précieux visa collé sur chacun d’eux.

Alors, maintenant que c’est certain à 100% (malgré toutes les étapes franchies avec succès, le doute persistait toujours un peu dans un coin de notre esprit), il faut s’activer pour tout préparer.
Déjà qu’un déménagement demande du boulot, mais quand il a lieu pour aller dans un autre pays, pour lequel il faut traverser un Océan puis un continent, c’est encore autre chose de plus périlleux.

Je vous ai déjà dit à quel point je n’aimais pas les déménagements ? Faire les cartons etc. C’est maladif chez moi, ça me met dans un état assez lamentable, mais c’est psychologique… Alors je repousse, mais là ce n’est pas possible. Et je positive: c’est la réalisation d’un rêve vieux d’une dizaine d’années pour moi, et donc il faut que ce soit bien fait, et dans la bonne humeur ! Après tout, déménager ce n’est qu’une façon de se créer un autre nid meilleurs ailleurs 🙂

Nous commençons par vendre nos affaires… je vais devoir me séparer de beaucoup de mes appareils culinaires d’ailleurs, à cause de la non-compatibilité électrique. Je ne garde que ma yaourtière. D’ailleurs, cela me fait penser qu’il faut que je liste tout ça, et que je vende. En parlant de ça, si jamais des gens sont intéressés, voici la liste de ce que nous vendons: click.

C’est une nouvelle vie qui nous attend, et même si je sais que des déceptions sont à prévoir car tout n’est rose nulle part, c’est NOTRE vie, celle que l’on se construit, pierre après prierre. Elle sera belle, cotonneuse, pleine de rires, de découvertes, de joie, de cuisine, de jeux, d’Amour et d’amitié… Evidemment, je continuerai de bloguer de l’autre partie de la Planète, ma cuisine risque d’évoluer (je vous ai dit que 33% de la population vancouverite était asiatique ? ça va m’offrir plus de possibilités pour ma cuisine japonaise ahahah; surtout que le Japon n’est pas bien loin géographiquement).

Alors… j’espère que vous continuerez de me suivre, et d’apprécier ma cuisine (et tout mes blablas qui les accompagnent ;)), malgré le manque de temps actuel pour me consacrer autant qu’avant à cet espace (je pense réussir à mettre deux recettes par semaine, du moins je l’espère).

A très bientôt.

Epi de maïs au beurre et à la sauce soja

Maïs… ces grains jaune d’or éclatant habillent immédiatement une salade, l’illuminent indénablement. Mais on peut également le consommer autrement: en gardant l’épi intact.

C’est un mode de consommation beaucoup plus fréquent en Amérique qu’ici en France, c’est pourtant délicieux avec juste un peu de beurre fondu. Bon, ok, après on passe un temps fou à retirer les petites peaux qui se sont joyeusement glissées entre nos dents, mais ça en vaut la peine ! En plus, ce n’est pas compliqué à préparer.

Aujourd’hui, on trouve de plus en plus facilement des épis de maïs crus au rayon fruits & légumes des supermarché, mais vous pouvez également les acheter déjà pré-cuits et emballés sous vide (au rayon frais).

J’aime beaucoup les blogs de Maki, cette Japonaise vivant maintenant en Suisse. Et il m’arrive fréquemment d’essayer certaines des recettes qu’elle nous propose… ce fut le cas avec ces épis de maïs au beurre… et à la sauce soja !

Grenouille veut que je mette de la sauce soja PARTOUT, vraiment vraiment PARTOUT ! Elle ne veut pas de carottes râpées sans un peu de sauce soja à la place de la vinaigrette, par exemple. Alors je me suis dit que cette recette ferait le plaisir de toute ma tribu 🙂 A trois ans et 18 mois, mes Trollettes savent très bien comment manger du maïs encore en épis (ça nous a impressionné la première fois: et hop je prends ça, et je croque, je tourne et je continue… jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien autour du trognon :D)

J’ai utilisé des épis de maïs sous vide, et ai donc réduit le temps de cuisson par deux.

C’est drôle, car en relisant la recette originale, je me rends compte que j’ai fait instinctivement ce qu’elle conseille: trempée le maïs dans ce qu’il reste de sauce dans la « papillotte »… sluuuuuuuuurp !

Cette recette est géniale, pour le soir notamment lorsque l’on n’a pas forcément envie de passer deux heures dans la cuisine derrière les fourneaux alors que la journée fut longue et pénible: trois ingrédients, et c’est tout !

Pour les quantités, j’ai fait à l’oeil pour le beurre; pour la sauce soja compter bien 2 à 3 cuillers à soupe par épi.

Ingrédients pour 4 personnes:

  • 4 épis de maïs
  • +- 8 cuillers à soupe de beurre fondu
  • +- 16 cuillers à soupe de sauce soja

Si vous utilisez du maïs frais, enlevez l’espèce de soie qui l’entoure ainsi que les feuilles.

Découpez 4 morceaux de papier sulfurisé suffisamment grand pour contenir chacun un épi.

Enrobez chaque épi de beurre fondu à l’aide d’un pinceau spécial cuisine. Insistez bien afin qu’il y ait du beurre partout, même entre chaque grain de maïs.

Ensuite, fermez la papillotte en laissant un peu d’espace afin de pouvoir y verser 2 à 3 cuillers à soupe de sauce soja par épi, selon la taille. Fermez bien, puis tournez doucement (le but n’étant pas de s’en mettre partout) afin que la sauce soja se répande uniformément.

Placez les épi empapillotés sur une plaque allant au four, puis enfournez pour 15 minutes. Elles sont suffisantes si vous utilisez du maïs pré-cuit sous-vide. Si votre maïs est frais, tournez-le au bout de ce lapse de temps pour poursuivez la cuisson pour 15 autres minutes.

A taaaaaaaaaaaable ! Chacun s’occupe de sa propre papillotte. Les épis sont plus faciles à manger avec des pics spéciaux, ou alors pourquoi pas des pics à pomme de terre.

C’est vraiment une recette simplissime, dont tout le monde peut se régaler… Le mélange sauce soja + beurre est très agréable. Personnellement, je n’utilise que du beurre demi-sel, mais évidemment normalement la recette se prépare avec du beurre doux.

J’ai testé ce midi une autre recette de Maki, je vous en reparle bientôt 😉

Corn on the cob with soy sauce and butter

Corn… these bright golden yellow grains immediately add a colourful touch in a salad, illuminate it indénablement. But we also eat it in a differently way: by keeping intact the ear.

American people eat corn on the cob much more often than here in France, they are however delicious with just a little amount of melted butter (I prefer slightly salted butter, but I guess that Americans eat soften butter). Well, ok, after we spend an insane time to withdraw the small corn skins which joyfully slipped between our teeth, but that is worth it! Moreover, it is not complicated to prepare.
I really like both blogs of Maki, this Japanese woman who’s currently living in Switzerland.

I frequently cook some of the recipes that she proposes… it was the case with these ears of corn to butter… and the soy sauce ! Frog wants me to add soy sauce EVERYWHERE, really really EVERYWHERE! She does not want grated carrots without a little amount of soy sauce instead of dressing, for example. Then I said myself that this receipt would make the pleasure of all my tribe:)
At 3yo and 18 months, my Trollettes know very well how to eat ear of corn (that impressed us the first time: and hop I take that, and I crunch, I turn and I continue… until there is nothing any more around the core :D)

Corn on the cob with butter & soy sauce

Ingredients:

  • 4 corn on the cob
  • 1 to 2 tbp melted butter for each ear of corn
  • 2 to 3 tbp soy sauce for each ear of corn

Preheat your oven to 180°C (350°F).

If you use fresh corn, unhusk and de-silk it.

Spread the melted butter on each ear, don’t forget to fill every crevices of it.

Wrap each on in a big piece of kitchen parchment paper (or aluminium foil). Twist each end like a papillotte. Place the wrapped corn on an oven rack.

Make a small opening and pour in about 2 or 3 tbp of soy sauce. Close it (wrap it tightly), and roll it gently in order to put some soy sauce everywhere.

Bake for 15 minutes. Then, turn the wraps and bake for 15 other minutes (if you use some corn which is already cooked, bake for only 15minutes, it’s enough).

It’s ready to eat ! This recipe is easy easy easy, so try it ! The marriage of butter with soy sauce is subtil, but delicious.
Personnaly, I only use slightly salted butter, but you should use soften butter.

Caviar d’aubergine tout simple mais terriblement parfumé

Dites-moi, vos compagnons/compagnes/épouses/mari (rayez les mentions inutiles) vous préparent-ils de temps en temps un ptit plat avec amûûûûr ? Le mien aime cuisiner, et se débrouille vraiment bien… si seulement il prenait confiance en ses capacités au lieu de sans cesse dire « oh non, chais pas faire! ».

Lorsque nous avons fait les tempura de légumes récemment, nous avions acheté une aubergine pour lui faire sa fête dans un bain de friture… mais au vue de tous les légumes déjà coupés, elle est restée de côté (la pauuuuvre). A savoir que… nous n’aimons que très peu l’aubergine ici ! Gloups. Alors que faire ? Ca me faisait terriblement mal au coeur de la mettre à la poubelle… C’est alors qu’Hubby s’est mis en tête d’en faire un caviar.

Le fait que l’ail cuise à l’intérieur de l’aubergine apporte sans doute ce parfum si délicat.

J’ai dévoré ce caviar, simplement tartiné sur du très bon pain, avec quelques fines tranches de fromage de chèvre et saupoudré de ciboulette fraîchement ciselée… hmmm délicieux !

Ingrédients:

  • 1 aubergine
  • 2 gousses d’ail
  • Huile d’olive
  • Sel & Poivre du moulin
  • Piment de Cayenne

Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6).

Coupez l’aubergine en deux dans le sens de la longueur.

Epluchez l’ail, dégermez et coupez la en rondelles assez épaisses.

Faites quelques incisions en prenant soin de pas les faire trop profonde (la peau ne doit pas être percée). Fourrez l’aubergine avec les rondelles d’ail.

Assaisonnez légèrement avec le sel, le poivre et le piment puis versez un filet d’huile d’olive sur chaque moitié d’aubergine.

Emballez-les chacune dans un morceau d’aluminium, façon papillotte. Puis enfournez pour une soixantaine de minutes.

Sortez la plaque du four et laissez tiédir plusieurs minutes afin de ne pas vous brûler.

Ensuite, ouvrez les papillottes et enlevez la chair de l’aubergine de la peau.

Réservez-la puis mixez-la finement (sans oublier les gousses d’ail).

Goûtez et réctifiez éventuellement l’assaisonnement.

Vous pouvez le déguster tiède, ou le mettre au réfrigérateur. Il se garde parfaitement plusieurs jours au frais, dans une boîte hermétique ou bien dans un bol et protégé avec du film alimentaire.

Comme je vous le disais, sur une tranche de pain (pourquoi pas légèrement grillée) c’est tout simplement délicieux. Mais avec en plus du fromage de chèvre en fine tranche, un peu de ciboulette fraîchement ciselée, le tout parsemé de tagarashi (mélange d’épices japonais, que vous pouvez aisément remplacer par du piment de Cayenne, d’Espelette ou autre de votre choix)… c’est encore mieux !

Si seulement ça pouvait faire revenir un peu le Soleil……