Challenge « Je lis & Je mange » #1: JAPAN BAR et ses Croquettes japonisantes de saumon au tofu

C’est parti mon kiki pour le premier livre de mon challenge, que j’ai intitulé tout simplement « Je lis & Je mange« . Pour en savoir plus sur ma motivation, jetez un oeil ici.
J’ai remarqué que vous étiez plusieurs à avoir la même envie, donc n’hésitez pas ! Je serais ravie de découvrir les livres de cuisine que vous avez chez vous (signalez-moi si vous en parler, que je vienne jeter un oeil) 🙂

Pour le premier livre de ma bibliothèque à étrenner, j’en ai choisi un qui a une signification particulière pour moi puisqu’il m’a été offert par une de mes Soeurs de Coeur, Paola. Il s’agit de « Japan Bar« , un livre à couverture cartonnée, ce qui m’a étonné au premier abord. J’avoue qu’il me faisait extrêmement envie, que je l’ai attendu avec impatience, mais que ce n’est que cette semaine que j’ai enfin fait une de ses recettes ! Ce n’est pas faute de le feuilleter régulièrement, ni de me dire « tiens, je ferais bien le poulet aux algues pour comparer avec celui que j’ai déjà fait » ou « hmmm des soba et des coquilles St-Jacques ». C’est finalement sur ces bouchées mêlant saumon et tofu que je me suis décidée.

Evidemement, même si elle est très jolie, la couverture est quelque peu clichée: différentes formes de sushi présentées sur un plateau traditionnel en bois. Mais ne vous laissez pas avoir: ce livre n’est pas un condensé de recettes de sushi, loin de là !
Le livre est divisé en cinq catégories: soupes et entrées, salades et accompagnements, sushi, plats principaux, desserts. Sans oublier une introduction; à la fin se trouve un lexique des « produits courant de la cuisine japonaise ». J’aime beaucoup le fait que pour une fois, il y ait des recettes de desserts; certes, pas tous japonais (ceci dit, il y a quand même les dorayaki, par exemple) mais japonisants (comme le crumble aux pommes et poires japonaises).

Il y a cependant quelque chose que je trouve bizarre concernant la recette des inarizushi. En effet, la recette indique simplement de fourrer les abura-age (les poches de tofu frit) avec du riz à sushi. Mais dans la petite note d’accompagnement il est indiqué « […] en remplissant ces poches de tofu avec du riz vinaigré, PUIS en les faisant mijoter dans un bouillon sucré à la sauce soja, on obtient des sushi inari […] » 1) pourquoi ne pas proposer ainsi la recette si c’est ce qui se fait ? 2) on fait mijoter l’abura-age AVANT de le farcir avec le riz vinaigré, pas une fois que le sushi est assemblé. Bizarre et très incohérent.

Les photographies sont vraiment très belles, à mon sens.

J’essaie de reprendre mon programme de rééquilibrage alimentaire et donc de manger le soir légumes crus/légumes cuits/protéines douces. J’ai vraiment du mal mais je sais que ça me fait du bien. Ce bouchées super protéinées faisaient donc l’affaire avec ma salade composée (en sachet, bouuuuuuuuuh), sachant qu’au bout de deux j’étais calée, ça efface dans mon esprit le fait que c’était frit !

Je n’ai pas fait la sauce suggérée avec, mais je la garde de côté pour autre chose 😉

Ingrédients:

  • 200g de tofu mi-ferme
  • 400g de saumon cuit (en conserve ou poché)
  • 2 tiges d’oignon vert, finement émincées
  • 1 grosse gousse d’ail réduite en purée
  • Gingembre frais, râpé
  • 1 cuiller à soupe de sauce soja
  • 2 cuillers à café de mirin
  • 1 oeuf
  • 2 cuillers à soupe de farine (ou plus selon la consistance)
  • Poivre blanc, au goût
  • Huile de friture

Pour commencer, entourez le tofu d’un linge propre et mettez-le sous un objet lourd pendant environ 30mn afin d’en extraire toute l’humidité.

Dans un saladier, émiettez le saumon et le tofu. Ajoutez l’oignon vert, l’ail, le gingembre, la sauce soja, le mirin et le poivre.
Ajoutez ensuite l’oeuf; mélangez bien puis incorporez la farine. Si la préparation est toujours trop liquide, rajoutez un peu de farine jusqu’à ce que la consistence soit crémeuse (il faut que les boulettes puissent se former, mais pas non plus que cela soit solide, donc il est préférable d’ajouter la farine petit à petit si nécessaire).

Mettez l’huile de friture à chauffer.

Personnellement, j’ai fait les croquettes au fur et à mesure (une de faite, hop direct dans la friture); mais si vous préférez vous pouvez toutes les faire et ensuite les frire. Faites comme vous êtes le plus confortable avec. Cuisez jusqu’à ce que cela soit bien doré (pendant 2-3 minutes), sans oublier de retourner régulièrement.

Egouttez délicatement en les disposant dans une assiette, sur du papier absorbant.

A la semaine prochaine pour une prochain livre et sa recette !

PS: désolée pour la qualité plus que médiocre de cette photo…

PS²: j’ai créé une nouvelle catégorie dans ma librairie aStore (lien dans la barre horizontale en haut du blog, sous la bannière) consacrée à ce challenge. Je rajouterai les livres dont je parle au fur et à mesure, au cas où vous seriez intéressés pour les commander en ligne.

3 Comments

  1. Sans doute une faute de traduction pour les inarizushi car en effet c’est bien avant en non après, il faut même les laisser sechés et reposé après les avoir fait tremper 😉

    Pour le tofu, il existe aussi du tofu pressé par chez nous, ça raccourci le temps de préparation 😉

    Bonne chance pour tes challenges.

    Répondre

  2. J’ai aussi le Tang Book dans la même collection, qui est vraiment sympa; Je lorgne sur Japan Bar depuis quelque temps. J’aime beaucoup le challenge de ton mari !

    Répondre

    1. Le Tang Book je l’ai feuilleté et n’ai pas eu de « déclic », mais j’aime beaucoup cette collection.
      Japan Bar est super donc n’hésite pas 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *